Mobilité

Strasbourg et Karlsruhe se mobilisent pour le TGV Rhin-Rhône.

Dans un communiqué, la Communauté urbaine de Strasbourg estime que ” les dessertes Nord/Sud annoncées dans le cadre de la première phase entre Strasbourg et Lyon étant particulièrement insatisfaisantes, notamment en temps de parcours (meilleur temps de 3h40 en décembre 2011) il est donc essentiel que la seconde phase puisse être réalisée rapidement
Roland RIES, en association avec la Présidente de l’association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée, demande que des engagements fermes soient pris par l’Etat français tant sur la réalisation rapide de la seconde phase que sur l’adoption d’une convention-relais permettant aux équipes actuellement en place de continuer leur travail de préparation. Le maire de la capitale alsacienne rappelle l’engagement pris par le Président de la République française lors de sa visite à Ornans en mars 2010 de démarrer les travaux de la seconde phase dans la continuité de la première.
De son côté, Heinz FENRICH, maire de Karlsruhe, rappelle que le TGV Rhin-Rhône est un projet dont la dimension européenne est essentielle, puisqu’il doit permettre d’améliorer les liaisons entre les pôles urbains du Bade Wurtemberg, le sillon rhodanien et la Méditerranée. Le maire de Karlsruhe demande que les autorités allemandes réalisent rapidement les travaux nécessaires sur les sections suivantes : Kehl-Appenweiher, tunnel de Rastatt-Bâle et Karlsruhe ce qui permettra d’améliorer les performances des liaisons Francfort-Méditerranée.
Les maires des deux villes demandent que la Commission européenne, les Etats allemand et français se saisissent de ce dossier pour l’amélioration des relations ferroviaires à grande vitesse dans l’ensemble de l’Europe.

VOIR AUSSI