Les habitants du Grand Lyon invités à redécouvrir leur nature

Michel DEPROST  |  16.11.2012 - 21:02

Avec un ouvrage réalisé sous la houlette de la Société Linnéenne de Lyon, le Grand Lyon invite les habitants à découvrir la nature dans l'agglomération .

" Observer mille et mille fois les mêmes choses et toujours avec le même intérêt". C'est ce qu'écrivait Jean-Jacques Rousseau dans les Confessions ( 1). Le philosophe dont on fête le bicentenaire de la naissance ( Genèv , 1712) aimait herboriser. Il a flané sur les rives de Saône, du côté du quai des Etroits.

Deux siècles après, le Grand Lyon invite à mettre - lentement- nos pas dans ceux de l'auteur des Rêveries du promeneur solitaire. Il est inutile d'aller loin, de prendre l'avion ou même la voiture, pour découvrir les beautés de la nature. Car la nature dans le Grand Lyon est partout. Même si des espaces agricoles et naturels disparaissent, la nature reprend petit à petit ses droits.

En publiant Regards sur les milieux naturels et urbains de l'agglomération lyonnaise, le Grand Lyon invite à redécouvrir une nature étonnament riche. Le Grand Lyon, c'est le Rhône, ce sont  les rives de la Saône, et des ruisseaux souvent discrets, parfois recouverts, qui  coulent dans le Mont d'Or. Ce sont les berges de l'Yzeron ou les ruisseaux qui viennent du plateau de la Dombes.

La richesse végétale est impressionnante, avec des forêts alluviales, des forêts de collines, des prairies sèches. La faune est aussi très riche, des crustacés, des insectes, des batraciens, des oiseaux, des mammifères, dans  les parcs, les jardins. Il suffit de prendre son temps, de s'arrêter sur un chemin, dans une prairie, un square, le long d'une haie, dans un jardin,  il suffit de se pencher, d'ouvrir l'oeil, de tendre l'oreille, pour découvrir un monde de mousses, de fleurs, de champignons, d'arbres, d'oiseaux, de buprestes et des carabidés, d'odonates (libellules), d'araignées.

Une diversité forte en ville

La biodiversité est loin d'être épuisée. " La biodiversité est faible dans les secteurs les plus construits, mais elle est grande dans les secteurs périphériques, avant de s'appauvrir dans des secteurs de grandes cultures" expliquie Jean-François Perrin, Président de la Société Linnéenne de Lyon.

Cette richesse a été répertoriée depuis près de deux siècles par les naturalistes de la Linnéenne, et par des universitaires. Des naturalistes arpentent encore les habitats du Grand Lyon pour suivre l'évolution de la diversité, sous l'effet de l'urbanisation, de la pollution, du changement climatique.

Tout n'est pas perdu. Lnature dans l'agglomération est encore vigoureuse. Des actions sont menées pour  protéger toutes les espèces de pollinisateurs. Les changements de méthodes d'entretien des parcs et jardins ont permis le retour d'espèces. On essaie de contrôler les espèces invasives ( renouée du Japon) .

L'ouvrage du Grand Lyon permet aux Grands Lyonnais de s'approprier la nature au plus près de chez eux, jusqu'au niveau des quartiers, des rues ,des trottoirs. C'est nécessaire, c'est heureux. Car la ville de demain, a rappelé Bruno Charles, vice président du Grand Lyon en charge de l'Environnement, doit être durable et agréable.

michel.deprost@enviscope.com

1) Chapitre V XII.

Retrouvez cet article dans les rubriques 
Nature
Edito
Au travail

11/04/14 - J’avais repris  les propos de Jean de Kervasdoué il y a quelques temps ils « sont devenus fous », en caractérisant l’attitude des politiques vis-à-vis de réalités scientifiques,...

Communiqués
Les Syndicat des Editeurs de Presse en Ligne dénonce les menaces sur la liberté de la presse

22/03/14 - Le SPIIL, syndicat de la presse indépendante d'information en ligne dénonce les graves menaces qui pèsent sur la liberté de la presse. Enviscope.com est adhérent du Syndicat qui publie le...