La recharge du véhicule électrique, enjeu majeur du décollage du marché


L’autonomie de la voiture, son prix et la disponibilité des points de recharge sont trois clés du décollage du véhicule électrique. Si les annonces gouvernementales du mois de juillet dernier semblent favoriser son essor, la mise en œuvre des infrastructures de recharge et leur gestion intelligente restent au cœur du développement de cette nouvelle mobilité.

La recharge du véhicule électrique via une borne dédiée (Photo Schneider Electric)

En pleine « Semaine européenne de la mobilité », ERDF et le groupe La Poste lancent à Grenoble et dans trois villes de France1 le projet Infini Drive. Ce projet de recherche et développement a pour but de concevoir le dispositif de recharge des nouvelles flottes de véhicules électriques (VE) des deux entreprises et notamment de La Poste, qui a déjà passé commande de 10 000 VE en 2011. Au total une opération, qui réunira 8 partenaires pour plus de 9 millions d’euros d’investissement (hors achat des véhicules). L’ADEME financera le tiers de l’opération dans le cadre des Investissements d’Avenir.

Commentant la démarche, Stéphanie Balsollier, directeur territorial de ERDF Lyon Métropole explique que « c’est bien le rôle du gestionnaire de réseau de distribution électrique de coopérer avec l’ensemble des parties prenantes : la recherche, les constructeurs automobiles, les équipementiers, les collectivités, les utilisateurs ». Pour le gestionnaire de 95% du réseau de distribution électrique français, en effet les enjeux sont de taille.

Gérer les pics de consommation

Il s’agit tout d’abord de dimensionner le réseau, garantir la puissance et la qualité de la fourniture. Une recharge rapide simultanée de 50 000 véhicules représenterait la production d’un à deux réacteurs nucléaires (1 à 2 GW), alors que le précédent gouvernement avait mis la barre à 2 millions de VE en service en 2020 !

Voilà pourquoi également les préconisations du sénateur Nègre dans son Livre Vert, sont plutôt de privilégier le mode lent de recharge (8 heures à 3KW), qui permettra d’optimiser les coûts et la gestion de la consommation.

Le branchement de nombreux véhicules au même moment, au retour de l’usager chez lui en fin de journée, serait susceptible de générer des pics de consommation. Ce serait un comble que le VE entraine la mise en route de centrales thermiques aux heures de pointe.

Smart grids et énergie renouvelable

On comprend que la gestion intelligente des réseaux soit au cœur du développement des infrastructures de recharge et quelle nécessite le travail en commun des différents opérateurs.

Des solutions sont à l’étude de bornes à fourniture décalée. A travers le nouveau compteur Linky, qui représente « la première brique » des réseaux du futur, le gestionnaire pourra envoyer des ordres à la borne de recharge. Et grâce à son système embarqué, le véhicule pourra également « converser » avec la borne.

Plusieurs projets de démonstrateurs smart grid sont engagés dans le cadre de Greenlys à Lyon et Grenoble d’une part ou de Lyon Confluence d’autre part. Dans ce dernier le Grand Lyon et Nedo, (l’Ademe japonais) ont signé un partenariat en décembre 2011 pour développer avec Toshiba, Peugeot-Citroën et Mitsubishi, dans le cadre d’un projet plus large de « Smart community », une expérimentation sur 30 bornes individuelles et 3 bornes collectives, toutes alimentées par panneaux photovoltaïques.

A Lyon toujours, ce mois de septembre 2012 verra la mise en route d’un test conduit par la CNR2 sur 8 véhicules de la flotte électrique du Grand Lyon, lesquels seront équipés du système Move in Pure développé par le producteur d’électricité renouvelable.

A ERDF on rappelle « qu’au-delà des aspects techniques, il s’agit d’identifier les enjeux à grande échelle. On sait qu’il y aura création de valeur, mais à qui va-t-elle profiter ? C’est justement le rôle des démonstrateurs smart grid, de nous éclairer sur les futurs équilibres économiques » ajoute Stéphanie Balsollier.

Du mode expérimental au décollage d’un nouveau marché

Partout les installations de bornes s’accélèrent. Schneider Electric, spécialiste mondial de la gestion électrique, après avoir défini des standards de fabrication au sein d’EV Plug Alliance, commercialise plusieurs centaines de ses bornes chaque mois.

A Paris Legrand équipe les parkings de l’Assemblée nationale, à Rovaltain, près de la gare Valence-TGV, 12 bornes de chargement e-totem viennent d’être installées sur le parking de l’immeuble « Le Valvert » par Atomelec de Saint-Bonnet-le-Château (Loire). Plusieurs équipementiers développent des solutions d’ombrières solaires, ou abri-autos, équipés de panneaux photovoltaïques (Coruscant, Solarquest,…), qui ont le mérite d’apporter un complément d’énergie propre. Quant à Renault-Nissan, avec le système Quick Drop d’échange rapide de batteries développé par l’américain Better Place, ils pourraient répondre au besoin des utilisateurs, tout en optimisant l’origine de la ressource.

Pour Vincent Brunel, directeur des infrastructures de recharge véhicules électriques France chez Schneider Electric, « on est aujourd’hui dans une logique de déploiement, d’élargissement de catalogue. L’arrivée de la Zoé chez Renault, les projets de BMW et Ford en 2013, la dynamique Peugeot Partner devraient aider au décollage du marché ».

antoine.reboul@enviscope.com

1 Nice, Nantes, Grenoble, Paris

2 L’originalité du projet Move in Pure de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône), petit producteur à l’échelle nationale puisqu’il ne fournit que 3% de la production électrique française, est de garantir l’origine renouvelable de l’énergie utilisée par l’automobile.





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Sommet franco-italien sous surveillance a Lyon

Le sommet franco-italien consacré principalement à la liaison ferroviaire transalpine s’est ouvert ce lundi matin à la Prefecture de la Région Rhone-Alpes, à Lyon. Francois Hollande s’est d’abord entretenu avec le Préfet de Région, puis avec des élus regionaux, avant d’accueillir le Premier ministre italien, Mario Monti, peu avant-midi. Les deux responsables d’exécutifs se sont […]


Le prix du gaz grimpe au sud de la France

Hausse des prix en Asie, baisse des livraisons algériennes et températures en baisse: le prix du gaz au sud de la France décolle.


Watt et Moi avec Grand Lyon Habitat et ERDF: les consommateurs veulent apprendre à économiser l’électricité

Lancé en mai 2012 par GRANDLYON HABITAT et ERDF auprès d’un millier de locataires du bailleur social lyonnais,  Watt & Moi est un site internet qui leur permet de suivre leur consommation et de se comparer à des locataires qui leur ressemblent.


En Isère, la certification  » Bois des Alpes  » fait école

Après l’inauguration de l’école de La-Rivière la semaine précédente, a été inaugurée dans le Trièves, ce vendredi 29 novembre la deuxième maison du Conseil général de l’Isère construite en bois certifié  » Bois des Alpes « . Deux ouvrages faisant partie des 20 bâtiments pilotes, dont le rôle est de promouvoir cette nouvelle certification.


Piles et accumulateurs : Screlec doit accroitre la collecte

Screlec, éco-organisme en charge de la collecte des piles et accumulateurs, doit faire passer la collecte et la valorisation de 35 à 45% pour être en ligne avec les objectifs européens.


La baisse des budgets d’Etat touche la recherche

La réduction du budget de l’Etat entraine des baisses de budgets pour les universités et organismes de recherche. Ce vendredi, des personnels de l’IRSTEA , recherche en environnement et agriculture, ont manifesté à Villeurbanne.


La Presse Régionale d’Information en Ligne interroge ses lecteurs

L’association de la Presse Régionale d’Information en Ligne, lance une enquête pour mieux connaitre ses lecteurs.


IRSTEA à Villeurbanne: des recherches sur l’écologie aquatique

Le centre IRTSEA de la Cité lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse,à Villeurbanne est spécialisé dans l’étude des perturbations chimiques et physiques des milieux aquatiques.


CLEA, Cité Lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse, 500 chercheurs pour un centre de niveau européen

CLEA, Cité Lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse, inaugurée ce vendredi par Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est un entre de recherche de niveau européen dans les domaines de la gestion de l’eau et en sciences analytiques.


Pollutec : ECM Technologies obtient le prix du groupement à l’export

Avec trois autres éco-entreprises, la société grenobloise a été distinguée par les Trophées export des éco-entreprises, remis sur le salon Pollutec Horizons ce vendredi 6 décembre par l’Ademe, Bpifrance et Ubifrance.


AREVA a renforcé son implantation à Lyon

AREVA a renforcé son implantation à Lyon, notamment ses moyens  pour le futur réacteur ASTRID. Le groupe public emploie 1300 personnes dans le quartier de la Part-Dieu en lien avec les sites industriels de Bourgogne.


Le pôle de compétitivité Axelera veut devenir une usine à produits

Bruno Allenet, président d’Axelera, a fait dans le cadre du salon Pollutec le bilan de l’exercice écoulé et, après avoir revu la stratégie du pôle, lancé sa « feuille de route 3.0 » : passer du mode projets à l’usine à produits. C’était l’occasion pour plusieurs PME et porteurs de projets de se présenter.


Luminaires led : PISEO et LCIE Bureau Veritas proposent une certification

Face à une offre abondante, de qualité variable, PISEO et LCIE Bureau Veritas, proposent une certification de la performance des luminaires, en complément du volet sécurité.


La France reste en retard pour l’hydrogène

Sur Pollutec Horizons, l’Association Française de l’Hydrogène et de la Pile à Combustible a de nouveau souligné le retard français pour l’utilisation de ce vecteur propre. La Vallée de la Chimie serait adaptée pour accueillir une station de distribution d’hydrogène.


Stockage d’énergie: des pistes à long terme

Pour le stockage fixe d’énergie, il convient de mener encore des recherches, de lancer des programmes. Les Zones non raccordées Insulaires doivent servir de champ d’expérimentation.