EPFL: Envirobot, l’anguille qui détecte la pollution des eaux


Des chercheurs de l’Ecole de Lausanne, ont co-développé un robot-anguille qui remonte à la source d’une pollution. Doté de capteurs, le robot peut être guidé ou  se déplacer de manière autonome. Suite à une simulation de pollution, il a pu établir des cartes de la conductivité de l’eau et des températures dans une partie du Léman. Enviscope.com avec le dossier de l'EPFL.

 Détecter les sources de pollution aquatique  avec un robot équipé de capteurs chimiques, physiques et biologiques. Tel est le projet ambitieux financé par le programme suisse Nano-Tera, qui réunit des chercheurs de l’EPFL, l’UNIL, la HES-SO et l’EAWAG.Il est le fruit d’une collaboration interdisciplinaire entre ingénieurs, biologistes et chimistes.

Baptisé «Envirobot», le robot qui mesure près d’1,5 mètre se déplace comme une anguille dans les lacs et les cours d’eau sans remuer de vase ou perturber la faune. Grâce à ses capteurs il effectue des mesures à différents endroits et envoie les résultats en temps réel à un ordinateur distant. En se déplaçant dans un secteur du lac Léman, le robot a pu cartographier les variations des pollutions et fournir une carte des températures. A terme,le but sera de détecter aussi la présence de métaux lourds tels que le mercure, ou d’autres polluants.

«L'utilisation d'un robot-serpent a plusieurs avantages. Il permet de récolter des mesures en temps réel plus rapidement que si on déploie des postes fixes. Et comparé à des robots sous-marins à hélices plus traditionnels, il peut se faufiler avec moins de risques de se retrouver coincé dans des algues ou des branches. Le robot crée aussi moins de sillage, disperse moins la pollution.», indique Auke Ijspeert, directeur du Laboratoire de bio robotique (BioRob)de l’EPFL. « Envirobot peut suivre un itinéraire programmé, mais peut aussi prendre ses propres décisions, et remonter de lui-même jusqu’à la source d’une pollution». Par exemple en se dirigeant progressivement vers l’endroit où la toxicité est la plus importante.

Une composition modulaire

Le robot se compose de différents modules équipés chacun d’un moteur électrique, ce qui permet un changement dans la courbure et un mouvement fluide. Il est possible de jouer avec la composition modulaire du robot, et de le construire dans un format plus ou moins réduit. «On pourrait imaginer le transporter aisément vers un cours d’eau reculé, assembler les modules et commencer l’analyse.», illustre Behzad Bayat,chercheur au BioRob.
Certains modules sont dotés de petites chambres sophistiquées, qui se remplissent d'eau lors de la nage. Elle contiennent  des capteurs biologiques miniaturisés  déjà utilisés en laboratoire.Il s’agit d’utiliser des bactéries, de petits crustacés ou encore des cellules de poissons et d’observer leurs changements de comportement au contact de l’eau. De quoi déduire la présence de certains polluants clés, ou la toxicité de l’eau plus générale.
«Nous avons par exemple développé des bactéries qui émettent de la lumière en présence de très faibles concentrations de mercure . Nous détectons ces changements grâce à des luminomètres, puis les informations sont transmises sous forme de signaux électriques. » explique Jan R. van der Meer, directeur du Département de microbiologie fondamentale de
l’UNIL ( Université de Lausanne) et coordinateur du projet. Une autre approche consiste à utiliser deux compartiments remplis de daphnies, de petits crustacés sans cesse en mouvement. Seuls les habitants de l’une des chambres sont en
contact avec l’eau à analyser: les autres nagent dans l’eau propre. « La toxicité affecte le mouvement. Le groupe témoin permet de comparer les différences de comportement entre les habitants des deux chambres, et d'en déduire la toxicité.», ajoute le scientifique. La troisième option consiste à cultiver des cellules de poisson directement sur des électrodes
.
En présence de toxicité, ces cellules perturbées perdent contact entre elles, et l’électricité ne circule plus de la même manière.Un changement qui peut être détecté facilement.  Pour l’instant, les chercheurs ont testé sur le terrain seulement les capteurs de conductivité et de température, les tests pour les capteurs biologiques étant plus difficiles à réaliser.« Evidemment, nous ne pouvons pas contaminer le lac comme nous le faisons en laboratoire.», illustre Jan R. van der Meer. Des tests sont cependant prévus d’ici à la fin de l’été. « Dans un premier temps, nous allons continuer à effectuer nos tests avec du sel,jusqu’à ce que le robot trouve facilement la source de la diffusion de sel. Ensuite, nous l’équiperons des capteurs biologiques, pour faire des mesures de composants toxiques»,ajoute le scientifique.




Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Deux loups abattus en Savoie après des attaques

Dans le cadre des opérations de tirs de défense renforcée contre le loup,  deux loups ont été abattus en Savoie ces derniers jours. Une attaque à la Léchère a entrainé la mort de 320 animaux.


Interpol : opération mondiale contre le trafic de déchets dangereux

INTERPOL , dont le siège est à Lyon, a coordonné au mois de juin, une opération mondiale qui a permis de mettre au jour des trafics de déchets englobant plus de 300 personnes et 244 sociétés. L’Asie et l’Afrique sont les principales destinations des déchets mais des trafics existent aussi en Europe. Plus d’un million […]


Le mercure contamine la chaine alimentaire par le phytoplancton

Des chercheuses de l’Université de Genève ont  montré comment le mercure présent dans l’eau peut être absorbé par le phytoplancton, premier maillon d’une chaine alimentaire au bout de laquelle peut se trouver l’homme. Une recherche à découvrir dans Scientific Reports.


Valorem : lance du parc de Saint-Saury (Cantal) Sousceyrac ( Lot)

Valorem, spécialiste des énergies renouvelables, photovoltaïque et éolien, a inauguré le parc de Saint Saury- Sousceyrac-en Quercy, à la limite de régions Auvergne Rhône-Alpes et Occitanie.


L’expansion du loup pose la question de la cohabitation avec les habitants

Au delà des dégats sur les troupeaux, l’expansion des populations de loups amène à s’interroger sur les relations qui s’instaurent entre  l’animal et les habitants des secteurs colonisés.


Contamination d’oeufs par le fipronil : un risque très faible pour le consommateur selon l’ANSES

Le risque de quelques effets provoqués par le fipronil d’oeufs contaminés par cet insecticide apparait très faible selon l’ANSES. Le risque n’existe qu’en cas de forte consommation de plus de 10 oeufs par jour pour un adulte. L’Anses a publié récemment son évaluation des risques pour la santé humaine en cas d’ingestion d’œufs contaminés par […]


Akuo Energy mise sur toutes les énergies renouvelables

 Simon Quiret, responsable de la plate-forme de financement AKUO COOP, explique la démarche d’Akuo Energy, le premier producteur d’énergies renouvelables indépendant en France. AKUO Energy a investi dans deux centrales hydrauliques sur l’Isère, en Savoie. Que représente AKUO Energy? AKUO Energy a été créée il y a dix ans notamment par des investisseurs qui étaient […]


Université d’été décontractée d’Avenir Climatique : se rencontrer pour trouver des solutions

L’association Avenir Climatique a conclu son université d’été décontractée (UEDAC)  dans le Bugey sur les bords du Rhône,  avec une belle participation des jeunes engagés pour favoriser des solutions liées aux enjeux énergie-climat Le changement climatique confronte tous les habitants de la planète à un même défi: trouver des solutions. Mais avant cela, il faudra […]


Assises Européennes de la Transition Energétique fin janvier à Genève

Fin janvier 2018 se tiendra pendant trois jours, à Genève, la dix -neuvième édition des Assises Européennes de la Transition Energétique, rendez-vous annuel des acteurs territoriaux européens engagés dans la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique.


Réchauffement climatique : Eric Fournier invite l’ambassadrice des Etats-Unis à Chamonix

Eric Fournier, vice-président d’Auvergne Rhône-Alpes en charge de l’environnement et du climat invite la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à venir constater les effets du changement climatique nié par le président  américain.


A 75 : projet de mise à deux fois trois voies

Décision de l’Autorité environnementale de se saisir de l’avis relatif à la mise en compatibilité des documents d’urbanisme des communes concernées par le projet de mise à 2X3 voies de l’A75 entre Clermont-Ferrand Est et Le Crest ( Puy-de-Dôme) Deux autorités environnementales compétentes ont été saisies pour avis sur des dossiers se recouvrant largement, à […]


Amis de l’Université de Lyon : Mathieu ROUGE, CME – ISARA

Dans le cadre des prix des Amis de l’Université de Lyon, un prix a été remis à Mathieu Rouge pour son mémoire de fin d’étude Voici un résumé de ce travail sur l’autonomie protéique des élevages bovins laitiers grâce aux prairies à flore variée et mélanges céréales-protéagineux immatures, grâce aux éléments fournis par l’étudiant et […]


Tramway T 4 de Lyon: le SYTRAL prolonge les quais

Le SYTRAL lance des travaux pour prolonger les quais de la ligne T4 de Tramway qui relie la Doua  au quartier des Minguettes à Vénissieux. Le Tramway de Lyon a connu une hausse de fréquentation qui s’élève à près de 80% entre 2009 et 2015. Dans ce cadre, et en prévision de la prochaine mise […]


Forum Eurafric sur l’eau et l’énergie du 7 au 10 novembre à Lyon

L’ADEA prépare le Forum Eurafric de l’Eau et de l’Energie en Afrique qui se déroule du 7 au 10 novembre. Cette année, l’hydroélectricité est revenue sur le devant de la scène, notamment lors du congrès Hydro de Grenoble. Abdoulaye Kanté, fondateur et responsable de l’Agence  pour le développement des Entreprises en Afrique et son équipe, […]


Jacques Longuet : le prix du carbone doit être augmenté

Pour Jacques Longuet, Délégué régional EDF Auvergne Rhône-Alpes, la lutte contre le réchauffement climatique est prioritaire. Les énergies décarbonées doivent être développées. EDF mise sur le nucléaire et sa complémentarité avec les renouvelables, mais le prix du carbone doit être augmenté en Europe.   Le débat entre nucléaire et  renouvelables  va-t-il s’estomper avec une moindre […]