Énergie

A Grenoble, les smart grids au centre des conférences de Powertech

« Efficacité énergétique », « flexibilité », « sobriété », tous ces mots seront repris maintes fois par les orateurs qui ont ouvert la session inaugurale de Powertech lundi au World Trade Center de Grenoble. Brigitte Plateau tout d’abord, qui comme administrateur général de Grenoble INP, co-organisateur de l’événement rappelle l’excellence grenobloise. Puis les grands fournisseurs d’énergie ERDF, RTE et EDF qui se succédent pour énoncer leur vision de la future architecture du réseau.

      

Le professeur Sabonnadières était le grand ordonnateur de la séance inaugurale, ouverte par Brigitte Plateau, administrateur de Grenoble INP, puis Costas Vournas président du Comité de pilotage de l’IEEE-PES et Marc Boillot, Directeur de la Stratégie et des Grands Projets d’ERDF.

« Aller vers les réseaux intelligents c’est grimper une montagne, il faut de la ténacité et de l’énergie. Ce n’est pas une option, c’est une nécessité » annonce Marc Boillot, directeur de la Stratégie et des Grands Projets d’ERDF, dont l’entreprise est déjà très investie dans cette mutation : 250 000 compteurs Linky installés entre Tours et Lyon, 15 démonstrateurs smart-grids en France, dont la moitié en Rhône-Alpes, une chaire créée en 2012 avec Grenoble INP, de forts engagements à travers le monde comme avec l’université de Tomsk en Russie.

Un casse-tête au niveau mondial

La problématique en effet, si elle est locale pour l’introduction des ENR sur le réseau par exemple, se pose à l’échelle d’un continent. 34 pays européens sont aujourd’hui interconnectés rappelle Oliver Grabette, directeur R&D et Innovation de RTE, pour qui les points clés sont : la flexibilité face à la demande, le développement des infrastructures, le développement des systèmes intelligents. Reprenant le thème de la flexibilité, Bernard Delpech, directeur délégué R&D d’EDF, explique que les investissements dans les infrastructures et la flexibilité seront les deux réponses à une demande qui augmente.

La maitrise de la demande, notamment dans le domaine domestique, Schneider Electric s’est préparé à y faire face  à travers le système de distribution avancé ADMS, présenté par Philippe Delorme, vice-président de Schneider Electric Industries.

      

Bernard Delpech et Olivier Grabette, directeurs R&D respectivement d’EDF et RTE, Philippe Delorme, vice-président de Schneider Electric Industries interviendront avant Dan Dorner, représentant l’Agence Internationale de l’Energie.

C’est Dan Dorner, économiste en chef de l’Agence Internationale de l’Energie qui clôturera la première matinée d’interventions, en donnant les grandes tendances mondiales au plan de l’énergie. Comme climatologue, il rappelle que c’est elle qui génère les 2/3 des GES. Sans politique drastique nous allons vers + 5,3% °C d’augmentation de la température et même si en Europe et aux Etats-Unis les émissions de CO2 ont baissé en 2012, la progression de l’Inde, du Moyen-Orient et de la Chine est spectaculaire. Aussi l’AiE propose-t-elle quatre mesures pour aller vers les 2 degrés (4 for 2°C scenario) :

– Des mesures ciblées sur les bâtiments, dans l’industrie et les transports devraient compter pour la moitié de la réduction des émissions.

– Limiter la construction et l’usage des centrales à charbon (20% de la réduction)

– Réduire les rejets de méthane provenant du pétrole et du gaz (18%)

– Démarrer la baisse de la consommation des énergies fossiles (12%).

Le but est d’atteindre nos objectifs au plan du climat, mais sans affaiblir l’économie.

antoine.reboul@enviscope.com

DERNIERE HEURE

Job Fair : Ce mercredi après-midi près de 80 doctorants seront reçus par les entreprises présentes sur Powertech dans en entretien face-face, qui pourrait pour ces jeunes chercheurs et scientifiques déboucher sur une embauche.


VOIR AUSSI