Mobilité

Aéroport Lyon-Saint Exupéry: vers un délégataire unique pour les navettes vers Annecy, Grenoble et Bourg en Bresse

La Région Rhône-Alpes, autorité organisatrice du réseau des « Navettes Aéroport », lancera une consultation de délégation de service public pour les liaisons routières depuis Grenoble, Annecy et Bourg-en-Bresse, à destination de l’aéroport Lyon – Saint-Exupéry.

L’aéroport de Lyon-Saint Exupéry est relié depuis 1993 aux agglomérations de Bourg en Bresse, Annecy et Grenoble-Voiron  par des navettes dans le cadre d’une délégation de service public.

La desserte depuis Grenoble comprend une navette par heure en journée, une navette par demi-heure en heure de pointe et pour Voiron quatre aller-retour par jour.  Ces navettes  connaissent une fréquentation annuelle de 331 000 voyageurs, en hausse de 9,3%  pour Grenoble et de 2362 voyageurs pour Voiron ( en hausse de 29%). Ces navettes n’ont pas besoin d’une subvention d’équilibre de la Région.

Le service Annecy/Aix les Bains/Chambéry-Saint-Exupéry (  40815 voyageurs, plus 5,6%) propose 6 aller retour par jour et reçoit une aide de la Région de 79 k€ par an. Le service Bourg-en-Bresse/Saint-Exupéry, est utilisé par 1720 voyageurs ( plus 33%) et reçoit une subvention  de 15 k€ par an de la part de la Région, plus une aide de 7,5€ de la part  de l’agglomération de Bourg en Bresse.

Une place pour les petites entreprises

Les contrats actuels de délégation du service public, aux risques et périls du délégataire, arrivent à échéance en mars 2015. Les prochains contrats d’une durée de six ans seront rassemblés en une seule convention qui devrait permettre à l’exploitant de trouver un meilleur équilibre économique sur les trois lignes. La contribution de la Région serait à terme réduite.

Le cahier des charges contient trois évolutions principales. La Région demande une amélioration et une harmonisation des services (information, vente par internet, vente à bord par exemple). L’ homogénéisation des grilles tarifaires sera  basée sur la distance parcourue, avec pour les pleins tarifs un plafond fixé à 0,3€/km. La Région portera une attention particulière à la qualité du service (ponctualité, propreté, conditions d’information et de vente etc.) avec un système d’intéressement sous forme de bonus/malus.

VOIR AUSSI