Savoie

Agence de l’Eau : des chantiers exemplaires en Auvergne-Rhône-Alpes

L’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse a apporté des aides à plusieurs projets remarquables au quatrième trimestre de 2019, pour réduire les rejets de pollution domestique, gérer les eaux pluviales, et soutenir des innovations pour le traitement des eaux usées.

La Communauté d’agglomération Grand Lac va créer un réseau de transfert d’eau pour amener de l’eau puisée dans le lac du Bourget vers les hauteurs d’Aix-les-Bains et réduire les prélèvements dans les sources du massif du Revard, en cas de débit insuffisant. ©B.Mortgat

Ain : une station d’épuration unique pour traiter les eaux du bassin du Formans

La Communauté de communes Dombes Saône Vallée va construire une seule et nouvelle station d’épuration pour traiter les effluents des communes de Saint Didier de Formans, Sainte Euphémie, Toussieux et Misérieux, en remplacement de deux stations qui n’ont pas la performance suffisante pour éliminer les rejets d’azote et de phosphore. Les systèmes d’assainissement débordent régulièrement.

D’une capacité de 11 700 équivalents‐habitants, le nouvel ouvrage prendra en compte le développement futur du territoire. Pour ces travaux inscrits au programme d’action du contrat «Dombes Saône Vallée» 2019‐2021, la Communauté de communes Dombes Saône Vallée reçoit une aide de 1 M€ de l’agence de l’eau.

Savoie : puiser l’eau du lac du Bourget pour soulager les sources du massif du Revard

La Communauté d’agglomération Grand Lac (Aix-les-Bains et d’autres communes) va créer un réseau de transfert d’eau dit « barreau Est » pour amener de l’eau puisée dans le lac du Bourget vers les hauteurs d’Aix-les-Bains et ainsi réduire les prélèvements d’eau dans les sources du massif du Revard, en cas de débit insuffisant.

Le bassin-versant du Sierroz présente en effet un déficit structurel en eau. La ressource disponible ne permet pas d’assurer l’ensemble des besoins tels que l’alimentation en eau potable majoritairement et l’abreuvement du bétail, sans assécher les milieux. La première tranche de création du Barreau Est permettra de substituer trois sources du bassin versant du Sierroz : les Fontannettes, la Meunaz et la Monderesse, pour un volume annuel à substituer de 744 000 m3. L’opération comprend la construction de deux réservoirs de 2000 m3, la création d’une station de pompage et d’une canalisation d’environ 800 ml pour relier les deux réservoirs et la pose d’environ 2900 m de canalisation.

Ain : Rendre franchissable par les poissons du Rhône le barrage de Villebois

La Compagnie nationale du Rhône (CNR) va mettre en place une passe à poissons sur le barrage de Villebois dans l’Ain. Cet ouvrage est un obstacle à la circulation des sédiments et des poissons notamment les salmonidés (truite fario et ombre commun), le brochet, les cyprinidés d’eau vive (hotu et barbeau) et la lotte. Inscrit au plan Rhône et validée par l’Agence Française pour la Biodiversité, la construction de la passe à poissons se fera sur la berge en rive droite du Rhône. Constituée d’une succession de 30 bassins connectés, la passe se déversera directement dans le Rhône à l’aval du barrage. Pour ces travaux d’un montant global de 6,5 M€, la CNR reçoit une aide de 2,6 M€ de l’agence de l’eau.

Loire : Restaurer la rivière Gier en milieu urbain

Saint-Etienne Métropole (SEM) poursuit ses travaux de restauration du Gier, rivière fortement dégradée en raison d’une urbanisation et d’une industrialisation importantes, mais aussi de nombreuses infrastructures de transport (autoroute, voie SNCF), qui ont conduit à une artificialisation des berges et la rectification du cours d’eau, voire à sa couverture totale sur certains secteurs urbains. Dans le cadre du contrat de rivière Gier (2013‐2020), la SEM entreprend à Rive‐de‐Gier une restauration écologique et paysagère visant également à protéger les habitants des crues. Les travaux permettront au Gier de retrouver de l’espace de liberté en triplant la largeur de son lit, d’améliorer l’état écologique des eaux, de rétablir la circulation des poissons et des sédiments sur 9 km avec la suppression d’un seuil infranchissable et d’aménager le Couzon au niveau de sa confluence avec le Gier. L’agence de l’eau apporte à la SEM une aide de 4,1 M€.

Isère : la Romanche libérée sur 60 km entre le haut Oisans et la confluence Drac-Isère

EDF remplacera, avec le très important aménagement Romanche-Gavet, cinq prises d’eau et six centrales électriques situées dans les gorges de la Romanche, par une unique chute. Le projet comprend également le démantèlement des équipements actuels, dont cinq ouvrages en rivière (barrages de l’Infernet, des Roberts, de Rioupéroux, des Clavaux et de Pierre Eybesse).

Ce projet permettra à terme de rouvrir le cours d’eau sur environ 60 km entre le haut Oisans et la confluence du Drac avec l’Isère à Grenoble. Pour financer les travaux de démantèlement des cinq barrages, EDF reçoit une aide de 12,4 M€ de l’agence de l’eau, soit 14 M€ au final en prenant en compte la subvention apportée en 2018 pour la phase de maîtrise d’œuvre.

VOIR AUSSI