Science

Agriculture, alimentation et environnement : naissance de l’Inrae

L’Inrae, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, est né le 1er janvier 2020 de la fusion de l’Inra et de l’Irstea. Il devient par sa taille et l’étendue de ses activités de recherche le premier organisme de recherche au monde en agriculture, alimentation et environnement.

Révélation de la plaque de l’Inrae avec de gauche à droite : Philippe Mauguin (Président Directeur Général), Frédérique Vidal (Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation), Didier Guillaume (Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation), Marc Michel (Ancien Président de l’Irstea)© Bertrand Nicolas – Inrae

Fortement implanté en Auvergne-Rhône-Alpes, l’Inrae, nouvel institut de recherche né de la fusion de l’Inra (Institut national et de recherche Agronomique) et de l’Irstea (Institut des Sciences set Technique pour l’Agriculture et l’Environnement), a été lancé officiellement le 9 janvier par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, aux côtés de Philippe Mauguin, Président directeur général de l’Inrae.

Ce nouvel EPST (Etablissement Public à Caractère Scientifique et Technologique), bénéficiant d’une dotation de plus d’un milliard d’euros, rassemble 12 000 personnes au sein de 14 départements scientifiques comptant plus de 200 unités de recherche et une quarantaine d’unités expérimentales. Ses implantations géographiques sont réparties entre son siège bi-implanté à Paris et Antony et 18 centres de recherche sur toute la France

Le nouvel institut a, en région Auvergne-Rhône-Alpes, l’une de ses plus fortes représentations, avec près de 1400 agents au total. Il est organisé en 2 centres de recherche, le Centre Clermont-Auvergne-Rhône-Alpes et le Centre Lyon-Grenoble Auvergne-Rhône-Alpes.

VOIR AUSSI