Énergie

Agrocarburants

Le Parlement  européen a  ce mercredi voté en faveur d’une limitation pour l’utilisation des biocarburant traditionnels et une mutation rapide vers des nouveaux biocarburants  à partir d’algues ou de déchets. Des  mesures doivent être prises pour réduire les émissions de gaz à effet de serre résultants du changement d’usage des sols pour la production de biocarburants.

«  J’accueille positivement le vote du Parlement en faveur d’une prise en compte correcte des émissions de gaz à effet de serre, y compris celles qui sont provoquées par les changement d’usage du sol, et en faveur d’une limitation raisonnable des biocarburants de première générale. C’est un important signal  pour soutenir le developpement des biocarburants de seconde génération d’ici à 2020 a déclaré Corinne Lepage rapporteur  (ALDE)  après l’approbation des amendements par 3567 votes, en faveur, pour 327 vote en contre et 14 abstentions”. Je regrette que le Parlement de donne pas de mandat de négociations qui permettraient de suivre le dossier pour orienter les investissements de l’industrie »

Greenhouse gas emissions that result from the increasing use of agricultural land for biofuel production are addressed by studies of “indirect land use change” (ILUC). Scientific evidence has shown that the resultant increase in emissions can cancel out some of the biofuels’ benefits, when taken into account of the whole life cycle from production to consumption.

According to current legislation, member states must ensure that renewable energy accounts for at least 10% of energy consumption in transport by 2020. In the adopted text, MEPs say first-generation biofuels (from traditional sources) should not exceed 6% of the final energy consumption in transport by 2020, as opposed to the current 10% target in existing legislation.

Pour Les eurodéputés réunis en plénière aujourd’hui ont intégré les émissions de gaz à effet de serre liées au changement d’affectation des sols indirect (CASI) dans une seule des deux directives, et pas avant 2020. Par ailleurs le choix de plafonner les agrocarburants au niveau de 6%, représente une hausse par rapport au niveau de  consommation actuel. Cela signifie que les impacts catastrophiques des politiques de soutien aux agrocarburants sur l’environnement et la sécurité alimentaire mondiale vont encore s’aggraver, alors même que le Parlement reconnaît l’impact du CASI sur leur bilan gaz à effet de serre.

Le Parlement européen a donc été moins ambitieux que la Commission européenne et n’a pas non plus suivi les recommandations de la rapporteur Corine Lepage, qui proposait de plafonner le volume des agrocarburants à 5,5% et d’intégrer les émissions de gaz à effet de serre liées au changement d’affectation des sols indirect (CASI) dans les deux directives.

Les ministres européens de l’environnement se réuniront en octobre pour prendre une décision sur cette question.

VOIR AUSSI