Éolien

France : la production éolienne en forte augmentation en 2019

La production d’électricité éolienne a augmenté de 21 % en 2019 par rapport à 2018, grâce notamment à une augmentation de 9 % de la puissance installée, selon le Panorama de l’électricité renouvelable publié par les acteurs du secteur.

La filière éolienne française a produit 34,1 TWh d’électricité en 2019, soit 21,3 % de plus sur un an. ©B.Mortgat

La croissance du parc a été de 9 % pour atteindre un volume total de 16 494 MW, dont 14 296 MW raccordés aux réseaux d’Enedis, 1 106 MW sur le réseau de RTE, 1 074 MW sur les réseaux des entreprises locales de distribution (ELD) et 18 MW sur le réseau d’EDF SEI en Corse. Le dernier trimestre a été le plus dynamique de 2019 avec 572 MW raccordés. De plus en plus de régions ont franchi cap du gigawatt installé : les Pays de la Loire et la Nouvelle-Aquitaine rejoignent la Bretagne, le Centre-Val de Loire, l’Occitanie, le Grand Est et les Hauts-de-France. Ces deux dernières régions conservent leur dynamisme et regroupent à elles seules près de la moitié de la puissance fonctionnelle fin 2019. Les Hauts-de-France conservent leur première place avec 4 546 MW de puissance installée.

La filière éolienne a produit 34,1 TWh d’électricité en 2019, soit 21,3 % de plus sur un an. Au dernier trimestre la production a dépassé de 28,5 % celle du dernier trimestre de 2018. Il s’agit de records de production éolienne en France, sur un an comme sur le trimestre. Les Hauts-de-France et le Grand Est produisent à eux seuls légèrement plus de 50 % de la production annuelle (16,8 TWh sur 34,1 TWh).

Facteur de charge en hausse

Cette performance est rendue possible par un facteur de charge(1) en hausse à 24,7 % (contre 22,8 % en 2018), par la croissance du parc raccordé, et par le fait les éoliennes récentes ont un facteur de charge technique de plus en plus important.

Trois périodes de l’appel d’offres de la CRE pour l’éolien terrestre se sont succédées en 2019 (3e, 4e et 5e périodes). 21 projets (516 MW) ont été retenus lors de la troisième période, 20 (576 MW) lors de la quatrième période, 31 projets (637 MW) lors de la cinquième période close le 3 janvier 2020. Les prix moyens pondérés des cinq premières périodes se sont élevés respectivement à 65,4 €/MWh, 66,9 €/MWh, 63 €/ MWh et 66,5 €/MWh et 62,2 €/MWh.

L’année 2019 est la première année de la nouvelle période de la PPE (2019-2023) qui fixe un objectif final total entre 21 800 MW et 26 000 MW. En 2019, la filière éolienne a raccordé 1361 MW, moins que pour les trois années précédentes (dont les niveaux de raccordement avaient été de 1 584 MW, 1788 MW et 1 437 MW), mais nettement plus que les années antérieures à 2016.

Plus de 12 500 MW en développement

À la fin de 2019, les projets en développement représentent un volume de 12 679 MW, en hausse de 9,4 % soit 1086 MW de plus qu’à la fin de 2018. Ce sont 5 486 MW qui sont en développement sur le réseau de RTE (dont 3 036 MW en en mer, sans compter les 600 MW du lauréat de l’appel d’offre de Dunkerque), 6 387 MW sur le réseau d’Enedis, 788 MW sur celui des ELD et 18 MW en Corse.

Le groupe de travail ministériel sur l’éolien terrestre a proposé des mesures pour un développement harmonieux de l’éolien : excavation totale des massifs en béton lors du démantèlement, augmentation des garanties financières proportionnelle à la puissance des éoliennes, objectif de pales recyclées à l’horizon 2025. Des travaux sur un protocole de mesure de l’impact acoustique, sur des solutions de balisage alternatives et sur une meilleure intégration aux paysages sont en cours. D’autres études, notamment sur la répartition territoriale des parcs éoliens, devraient mener à des solutions concrètes d’ici la fin de 2020.

 

  1. Le facteur de charge d’une éolienne est le ratio entre l’énergie qu’elle produit sur une période donnée et l’énergie qu’elle aurait produite durant cette période si elle avait fonctionné à puissance nominale en permanence. Par exemple, une éolienne de 2 MW de puissance nominale pourrait, en théorie, produire au maximum sur une année 8 760 h x 2 MW = 17 520 MWh. Si dans les faits sa production n’est que de 4 200 MWh, son facteur de charge est égal à : 4200 / 17 520 = 23,97 %.

 

VOIR AUSSI