Environnement

Augmentation du quota des loups qui peuvent être tués

Deux arrêtés relatifs au loup viennent d’être publiés au Journal officiel du 4 juillet. Un arrêté du 30 juin 2014 fixe à  36 le nombre maximum de loups dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2014-2015. Un autre arrêté du 30 juin fixe la liste des départements dans lesquels peuvent être délimitées les actions de tir.

A travers cet arrêté, Ségolène Royal donne la possibilité aux préfets d’assouplir les modalités de prélèvement de loups, là où l’intensité et la récurrence des dommages à l’élevage le justifient en autorisant les prélèvements à l’occasion de battues au grand gibier ou de chasse à l’approche ou à l’affut d’espèces de grand gibier sous le contrôle de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Ségolène Royal  devait rencontrer samedi  les représentants départementaux de la profession agricole et des éleveurs victimes du loup lors de son déplacement dans le département des Hautes-Alpes.

Pour France Nature Environnement, la mesure montre la volonté de l’Etat de vouloir cantonner le loup dans ses secteurs de présence historique Alors que le loup vient à peine d’effectuer son retour en Ardèche, dans l’Ariège, l’Aude, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Saône, la Haute-Marne et la Meuse.  FNE rappelle que l’important est que les conditions prévues pour déclencher un tir de prélèvement soient remplies, vérifiées et intégrées aux arrêtés préfectoraux, et surtout que les mesures de prévention soient mises en œuvre et généralisées, partout où le loup est présent ou susceptible de revenir.

 

VOIR AUSSI