Bioéconomie

Auvergne-Rhône-Alpes financera davantage la protection de cultures

L’augmentation des évènements météorologiques violents pousse la Région à soutenir les investissements pour la protection des cultures.

La Région veut accentuer les tests sur les systèmes qui permettent de diminuer l’intensité des orages (radars, ballons à sels hygroscopiques, canons antigrêle) © Augustin Mallet (CC BY-SA 3.0)

Lors des récents évènements orageux qui ont frappé la Drôme, l’Isère, les Savoie, les vergers protégés par des filets paragrêles ont permis de préserver pratiquement 95 % des récoltes. La Région avait déjà engagé un soutien aux arboriculteurs, nuciculteurs et viticulteurs. En juin 2017, elle a voté un plan fruits qui accentue le soutien aux investissements notamment sur la protection et la rénovation des vergers.

La région consacre 2 millions d’euros par an et avec la mobilisation des Départements et du Feader (Fonds européens pour l’Agriculture, le Développement rural), ce sont en moyenne 5 millions d’euros par an de subventions publiques qui complètent 12 millions d’euros par an d’investissements dans les exploitations de notre région.

Couvrir au moins 50 % des parcelles

L’objectif de la Région est de poursuivre son effort pour que chaque exploitation puisse couvrir au moins 50 % de ses parcelles, ce qui garantira un volume de production même en cas d’intempéries violentes. Les aides aux investissements doivent par ailleurs être couplées à la possibilité pour les agriculteurs d’avoir une garantie publique afin de faciliter l’accès aux financements par les banques et permettre des investissements de protection/rénovation des vergers entre autres.

En ce qui concerne la viticulture, la Région veut accentuer les tests déjà en cours sur les systèmes qui permettent de diminuer l’intensité des orages. La combinaison de radars, ballons à sels hygroscopiques et canons à grêle doit encore prouver son efficacité devant de tels aléas climatiques.

VOIR AUSSI