Économie circulaire

Auvergne-Rhône-Alpes recycle ou valorise 88 % des déchets du BTP

Les filières régionales du bâtiment et des travaux publics, des matériaux et des carrières recyclent et valorisent 88 % des déchets des chantiers régionaux, de la terre, au béton en passant par les enrobés.

Chaque année en région AuRA, 6,5 millions de tonnes de terres non polluées sont réemployées directement sur le chantier dont elles sont extraites, pour remblayer, aménager des terrains, ou réaliser des talus.

Les chantiers du bâtiment et des travaux publics produisent chaque année 27 millions de tonnes de déchets en Auvergne-Rhône-Alpes. 8 % d’entre eux sont des déchets non dangereux nécessitant un retraitement, du fait de leur contenu en hydrocarbures ou en produits chimique. 2 % cent sont des déchets dangereux, contenant de l’amiante ou des métaux lourds comme le plomb, et justifiant des traitements dans des installations spécialement agréées.

Mais l’essentiel, 24,4 millions de tonnes, soit 90 % de ces déchets, sont inertes, selon la compatibilité précise tenue par la Cellule Economique Régonale de la Construction (CERC) régionale (CERC) financé par l’Etat, par la Région et par les professions. Leur évolution ne présente pas de risque pour l’environnement ou la santé humaine.

Une majorité de terres non polluées

La plus grande partie des déchets est représentée par des terres non polluées, des terres décapées lors de chantiers d’infrastructures, de zones d’activité. Ces terres non polluées représentent 13,3 millions de tonnes. 8,3 millions de tonnes de terres décapées au-dessus de carrières, de terres végétales, et même agricoles sont stockées avant d’être remises remise en place lors de la réhabilitation, dont 6,5 millions de tonnes qui sont réemployées directement sur le chantier dont elles sont extraites, pour remblayer ou aménager des terrains, réaliser des talus.

©Unicem

5,5 millions de tonnes sont des mélanges de déchets inertes, dont une partie devra être traitée. Ces volumes arrivent dans les centres de traitement sous forme de mélanges de terre, d’enrobés, des graviers, de béton et d’autres déchets, comme les morceaux de plastiques, des métaux, du bois. Une partie de ce volume peut être triée dans un centre comme la carrière exploitée par la société Perrier TP, filiale de Colas, à Mions.

Une partie des déchets arrive en masses déjà identifiées, comme les graves et matériaux rocheux (2,5 millions de tonnes calibrées), le béton de démolition (1,4 million de tonnes) et les déchets d’enrobé (1,4 million de tonnes également). En tout, 5,1 millions de tonnes sont recyclées via les plateformes ou les carrières sur un potentiel de 8,2 millions de tonnes de déchets inertes produits, soit un taux de 62 %.

Au final, sur 24,4 millions de tonnes de déchets inertes, 21,5 millions de tonnes sont recyclées ou valorisées : couverture des carrières, réhabilitation, chantiers de TP, sous couche pour chaussées, etc.

 

 

 

 

 

VOIR AUSSI