Apiculture

Bayer cherche à réduire les risques des néonicotinoïdes pour les abeilles

Bayer cherche à réduire les risques des néonicotinoïdes pour les abeilles

Une étude commune  de l’Université de Exeter Rothamsed Research  et de Bayer a découvert chez l’abeille mellifère des enzymes qui permettent de résister à plusieurs insecticides néonicotinoïdes.
Comme chez d’autres organismes les toxines peuvent être décomposées chez l’abeille par des enzymes, en l'occurrence cytochrome P450s. les chercheurs ont mené une analyse la plus approfondie jamais menée sur cette enzyme de détoxification. Ils ont identifié une sous famille,  CYP9Q , et trouvé que ces structures pouvaient décomposer rapidement  certains néonicotinoïdes comme le thiaclopride les rendant potentiellement non dangereux pour les abeilles.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !