Bayer prévoit de conclure l’acquisition de Monsanto le 7 juin

Bayer prévoit de conclure l’achat de Monsanto, opération lancée il y a un an, le 7 juin. Le nom de Monsanto ne sera plus utilisé.

Bayer (siège de Crop Science France à Lyon ) deviendra l’unique actionnaire de Monsanto le 7 juin.  La nouvelle entreprise conservera le nom Bayer et le nom Monsanto ne sera plus utilisé. Les produits issus de l’acquisition conserveront leurs noms de marque et feront partie du portefeuille de Bayer. 

Selon l’approbation conditionnelle des autorités de la concurrence américaines (Département de la Justice des États-Unis), l’intégration de Monsanto au sein de Bayer pourra avoir lieu une fois que les opérations de cession vers BASF seront terminées. Ces dernières devraient être finalisées dans un délai de deux mois environ.

«  Nous allons doubler nos activités agricoles et créer un moteur d’innovation de premier plan en agriculture. Nous serons ainsi mieux positionnés pour répondre aux besoins de nos clients et atteindre le potentiel de croissance à long terme dans ce secteur », a déclaré Werner Baumann, président du directoire de Bayer AG.

Avec cette acquisition, la plus importante de son histoire, Bayer réalisera un chiffre d’affaires d’environ 45 milliards d’euros, réparti entre la santé et l’agriculture avec Crop Science (20 milliards d’euros).

« L’innovation est indispensable pour produire de manière plus durable des aliments plus sains, plus sûrs et à des prix plus abordables pour une population en constante augmentation. Le rapprochement de nos deux entreprises nous permettra d’offrir plus d’innovations plus rapidement et des solutions adaptées aux besoins des agriculteurs du monde entier », a affirmé Liam Condon, membre du Conseil d’administration de Bayer et président de la division Crop Science.

En incluant Monsanto et en prenant en compte les cessions, l’investissement total en R&D de Bayer en 2017 aurait atteint environ 5,7 milliards d’euros, dont 2,4 milliards d’euros auraient été investis dans l’activité agricole combinée.
Conscient des nombreux débats de société qui ont ponctué sa propre histoire et celle de monsanto, Bayer affirme avoir pleinement à l’esprit la forte responsabilité qu’implique une position de premier plan en agriculture et “s’engager pleinement à maintenir les normes les plus élevées en matière d’éthique et de responsabilité, à améliorer l’accès à la santé et à l’alimentation et à réduire son empreinte environnementale.”  « Nous appliquerons la même rigueur pour atteindre nos objectifs de développement durable que pour atteindre nos objectifs financiers », a déclaré Werner Baumann.

Bayer s’engage par ailleurs à renforcer sa coopération avec les parties prenantes, notamment les agriculteurs. « Notre objectif est de renforcer le dialogue avec la société. Nous serons à l’écoute des questionnements et critiques et chercherons à trouver ensemble un terrain d’entente. L’agriculture représente un enjeu trop important pour laisser les différences idéologiques entraver le progrès. Nous devons miser sur le dialogue. Nous devons être à l’écoute les uns des autres. C’est la seule manière d’établir des passerelles entre tous », a ajouté Werner Baumann.

 

VOIR AUSSI