Biomasse / Déchets

BIOVALLEE: l’écologie industrielle et territoriale pour parvenir à l’énergie positive

Le projet d’écologie industrielle et territoriale de BIOVALLEE, dans la Drôme,  vise à construire un Territoire à Energie positive d’ici à 2050. Les entreprises participeront à ce défi.

Biovallée a été sélectionnée dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’ADEME Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes pour développer une stratégie d’écologie industrielle et territoriale. Les entreprises participeront aux actions menées sur le territoire pour réduire  sensiblement la consommation énergétique d’ici à 2050. L’objectit est, comme le rappele Didier Jouve , conseiller régional  porteur du projet, est de mettre en place un ” Fribourg” du développement rural durable, en référence à la ville du Bade Wurttemberg, pionnière en matière d’énergie.

Le projet DOP’EIT TEPOS Biovallée,  prévoir de réduire les consommations d’énergie de 20% d’ici à 2020, et de 50% d’ici à 2040. Dans l’habita, la consommation d’énergie devrait être divisée par 4 ou 7. Le territoire vise une réduction de 14% de la part modale de la voiture individuelle, et la production de 100% d’énergies renouvelables.

 

Les entreprises seront particulièrement impliquées dans la réalisation de ces objectifs sur un territoire qui est loin d’être un territoire en déclin. Au sud est de Valence puisque sa population devrait passer de  56 500 habitants en 2011 à 70 000 habitants en 2040.

Les entreprises devront réduire la quantité de déchets en trouvant des filières de valorisation adaptées. Quatre vingt pour cent des déchets organiques des entreprises devront être valorisés et l’enfouissement devra être divisé par deux, ce qui devrait entrainer une réduction des coûts pour les collectivités, donc pour le territoire. Le réemploi sera favorisé par l’installation de recycleries.

Les entreprises accroitront l’approvisionnement local. Biovallée est déjà largement spécialisée dans l’agriculture biologique, la production de plantes médicinales et aromatiques produits locales et compte un laboratoire de recherche du groupe LOREAL. Deux ou trois filières devraient être créées, par exemple pour le chanvre, le bois d’oeuvre, les fibres.

Les entreprises feront aussi des efforts pour mutualiser les capacités de stockage et les moyens de transports, largement routier. L’idéal serait de pouvoir utiliser la voie ferrée Valence-Gap-Briançon, aujourd’hui utilisée par des TER au trafic incertain.

michel.deprost@enviscope.com

 

1) BIOVALLEE est composés de trois intercommunalités regroupant 97 communes: la Communauté de Communes du DIOIS, la Communauté de Communes du Crestois et du Pays de Saillans, et la Communauté de Communes du Val de Drôme.  La population  était de 41 000 habitants en 1968. Elle est passée à 54 500 habitants en 2007 et à 56 500 habitants en 2011.

 

VOIR AUSSI