Mobilité

Réseau Ferré de France résorbe les Points Noirs Bruit

Le refus de riverains de subir une élévation du niveau de bruit est un des obstacles au développement d’infrastructures ferroviaires, en particulier pour le fret. On le voit pour le projet de Contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise ( CFAL) comme pour la perspective de transfert sur la rive droite du Rhône, d’une partie du fret issu du contournement. Dans bien des localités de la rive droite du Rhône, les voies se trouvent près des habitations ou les habitations près des voies , car parfois les habitations ont été édifiées près de l’infrastructures ferroviaire.



Réseau Ferré de France a recensé au niveau national et au niveau régional les Points Noirs Bruit ( PNB) , des bâtiments sensibles ( école, etc) situés dans une zone de bruit dont les niveaux sonores en façade dépassent les 73 dB(A) le jour et les 68 dB(A) la nuit . Le bâtiment d’un point noir doit avoir été construit avant 1978. RFF a établi un classement des actions à mener en fonction du nombre de personnes les plus exposées au bruit pendant la nuit. Cette première étape a fait ressortir une situation acoustique très difficile dans certaines


des principales agglomérations : Chambéry, Vienne, Lyon et Valence mais


aussi dans des villes telles Bourg-Saint-Andéol, Le Teil …



La suppression d’un point noir bruit consiste à ramener les niveaux moyens d’exposition à


68 dB(A) le jour et 63 dB(A) la nuit. Les techniques mises en œuvre sont multiples. Le remplacement d’une voie ancienne ou d’une partie de ses éléments (rails, traverses, ballast) par une voie neuve apporte des gains significatifs. L’utilisation de longs rails soudés (LRS) réduit les niveaux d’émission par rapport à des rails courts classiquement. Des traverses béton sont aussi plus siliencieuses que des traverses bois. L’électrification permet la circulation de matériels moins bruyants que les matériels à traction thermique. Le recours au meulage des rails est une solution localisée et temporaire de réduction du bruit qui peut être combinée à l’utilisation de semelles de freins en matériau composite sur le


matériel roulant. En 2009, RFF prévoit de meuler 370 km de voies en Rhône-Alpes.



Ouvrages d’art



Le remplacement d’ouvrages d’art métalliques par des ouvrages alliant l’acier et le béton permet aussi la réduction des niveaux d’émission.


Dans la foulée du programme de recherche européen Silent Track, Réseau


Ferré de France préconise de mettre en place des absorbeurs dynamiques sur rail. En 2009, une expérimentation sera conduite avec l’entreprise CORUS pour implanter des absorbeurs dynamiques sur rail sur la ligne Lyon/Ambérieu-en- Bugey. La technique consiste à placer un élément technique sur le rail, en pleine voie, ce qui permet de réduire de 1 à 4dB(A) le niveau de bruit. Réseau Ferré de France va aussi poser des absorbeurs dynamiques sur les rails et sur les platelages d’ouvrages métalliques et des écrans, comme ce sera la cas sur le pont qui franchit la Bourbre à Saint-André-le-Gaz sera prochainement remplacé dans le cadre de ce programme.


Pour en savoir plus sur Réseau Ferré de France en Rhône-Alpes: http://www.rff.fr/pages/projets/ficheregion.asp?lg=fr&code=21

VOIR AUSSI