1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Environnement
  6. /
  7. Lyon: l’Agence de Recherche...

Lyon: l’Agence de Recherche contre le Cancer demande une stratégie mondiale

” Le grand défi sanitaire pour les prochaines années, en matière de cancer, se situera dans les pays à revenus intermédiaires et à revenus moyens”, a martelé ce lundi matin, à l’occasion de la Journée mondiale du Cancer, Peter Boyle, directeur général de l’Agence Internationale de recherche sur le Cancer, Centre International de Recherche sur le Cancer. C’est d’autant urgent, que 50 000 personnes meurent chaque semaine faute d’une prévention, d’un dépistage précoce ou de soins adaptés.


Globalement, le problème du cancer est en train de s’étendre des pays développés où il sévissait jusqu’à présent majoritairement, aux pays en voie de développement ou sous développés. La prise de conscience de la communauté des chercheurs, des soignants engagés dans la lutte contre le cancer, s’accroît.


Mode de vie


Le changement de mode de vie, la sédentarité, le surpoids, l’obésité expliquent en grande partie l’augmentation de l’incidence (nombre de nouveaux cas) et celle de la mortalité. Mais l’épidémie de tabagisme se développe aussi rapidement en Chine et surtout en Afrique. Les groupes du secteur du tabac se replient des pays développés où la législation se durcit, vers des pays sans législation, où les gouvernements sont impuissants, ou du moins ne font rien. “ Le déséquilibre des moyens financiers est énorme entre des groupes qui disposent de dizaines de milliards de dollars et l’Organisation Mondiale de la Santé qui n’a qu’un budget de 2 milliards” explique un responsable du CIRC.


Le symposium organisé ce lundi au siège de l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer à Lyon a permis dresser l’état des lieux sur la maladie. La situation est très variable. En Asie, elle dépend comme ailleurs de facteurs ethniques ou génétiques, d’habitudes alimentaires comme le fait de consommer de la noix de béthel. L’épidémie dépend aussi du degré de développement. Or, le degré de développement est très inégal dans les principaux pays, comme l’Inde et la Chine. Singapour illustre bien cette variété des situation, mais le pays a pu faire reculer le cancer du poumon en réglementant durement la consommation de tabac, explique le Pr Soo.


En Asie australe, les inégalités sont grandes entre populations d’origine non locale et populations d’origine locale, comme les Maoris. En Amérique du Sud aussi le vieillissement de la population, le changement du mode de vie expliquent la progression du cancer, alors que l’infrastructure en centres de recherche, en centres de lutte, l’équipement en appareils de radiothérapie, reste très en retard: le continent manque de 300 appareils pour présenter une offre de soins suffisante, explique le Pr Raul Cordero, de Lima.


En Afrique, départ des professionnels de santé


La situation est encore bien pire en Afrique, souligne un spécialiste tanzanien. ” Nous recensons 580 000 cas nouveaux, sur une population de 980 millions d’habitants, mais nous sommes aussi confrontés à la malaria, au sida. Les principaux cancers sont causés par des agents infectieux, c’est le cas pour le syndrôme de Kaposi, causé par le sida, du cancer du foie, provoqué par le virus de l’hépatite B, et du cancer de l’utérus causé par le papilloma virus, HPV“. Plus qu’ailleurs on manque en Afrique de matériels, de recherche. Mais l’Afrique souffre aussi du départ de professionnels de santé.


L’Europe elle aussi doit améliorer sa recherche, la prévention, le dépistage précoce, les soins curatifs ou palliatifs, et Maya Primic Zakelj, de l’Institut d’Oncologie de Ljubljana ( Slovénie) a tracé le programme de l’Union européenne, dont son pays assure la présidence pendant ce premier semestre 2008.


La stratégie mondiale contre le cancer, suppose des moyens supplémentaires, car le dépistage et le traitement précoces, sont plus ” économiques”. Il faut aussi une coordination renforcée face à une menace sanitaire mondiale. Cette coopération passe par la prise en charge des pays qui ont le moins de moyens. L’Agence Internationale de l’Energie Atomique a lancé avec d’autres organisations internationales, un programme qui inclut la mise en place de programme nationaux dans des pays comme l’Albanie, le Nicaragua, le Sri Lanka,la Tanzanie, le Yemen, le Vietnam. Mais le chantier est immense.


michel.deprost@free.fr






LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.