Énergie

Mix électrique: la CFDT défend l’objectif de 60% de nucléaire en 2030

La CFDT a présenté ses propositions de transition énergétique.  La confédération estime que pour le bouquet énergétique, il est  ” indispensable de prévoir une accélération sérieuse des chantiers d’économie d’énergie.”

Rappelant la hausse inéluctable des prix des énergies, la CFDT considère qu’il faut lisser la hausse tendancielle du prix des énergies, notamment avec une Contribution climat énergie pour inciter à l’efficience énergétique. Le syndicat demande des correctifs sociaux envers les ménages modestes et des aides pour améliorer l’efficacité énergétique des logements. Pour un temps, les secteurs industriels intensifs en énergie doivent être aidés à franchir le cap et à préparer leur avenir par l’innovation.

Optimiser la fin de vie des centrales nucléaires

Le syndicat souligne qu’il faut un moindre recours au pétrole et une meilleure valorisation du gaz pour remplacer charbon et fuel dans les centrales. Pour le nucléaire, la CFDT demande ” une optimisation de la fin de vie des centrales nucléaires avec un critère non négociable de sécurité et de sûreté, mais sans référence à leur seul âge.” La réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité à 60% à horizon 2030, semble plus atteignable que le scénario à 50 % en 2025. Un tel délai est nécessaire pour négocier et gérer les transitions industrielles, technologiques et professionnelles  des salariés des sites et des salariés des sous-traitants.

Un soutien pérenne des renouvelables

La CFDT prone le développement des énergies renouvelables (ENR) avec un soutien financier pérenne et visible, mais dont l’arrêt à terme, progressif, est prévu. La CFDT demande de développer une variété d’énergies renouvelables, ainsi que des filières industrielles françaises et européennes (hydroélectricité, biomasse, énergies éoliennes et marines, énergie solaire thermique, énergie solaire photovoltaïque, géothermie, hydrogène, agro-carburants de 3èmegénération, bois énergie…). Les politiques de prix doivent avoir une visibilité à moyen terme, être transparentes et reposer sur une nouvelle contribution au service public de l’énergie (CSPE).

La CFDT refuse l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique et soutient la recherche sur tout le potentiel énergétique du sous-sol  et sur d’autres modes d’extraction plus propres.

De nouveaux modèles de production d’énergie

Le développement industriel et territorial exige, selon la CFDT, “ de favoriser l’émergence de nouveaux modèles économiques: économie circulaire, éco-conception, économie de l’usage, écologie industrielle…”  Il faut aussi mettre en place des filières systématiques de déconstruction des produits (notamment appareils ménagers, véhicules…). La CFDT souhaite une recherche de cohérence dans le champ européen avec une véritable politique industrielle intégrée de l’énergie et de son efficience.

VOIR AUSSI