Charte régionale avifaune : bilan très positif

Le bilan de la charte régionale Avifaune 2017-2017 signée par RTE, ENEDIS, la LPO et le Conservatoire des Espaces Naturels de Haute Savoie est très positif.

La signature récente d’une nouvelle charte régionale en faveur de l’avifaune a permis de dresser le bilan de la charte 2014-2017. Les actions menées conjointement par Réseau de Transport d’Electricité, ENEDIS (gestionnaire du Réseau de distribution des collectivités), la LPO et le Conservatoire des Espaces Naturels de Haute Savoie (ASTERS) ont été nombreuses.

La charte a permis de coordonner les actions de protection des espèces d’oiseaux les plus emblématiques et les plus menacées par les réseaux électriques.  L’Aigle de Bonelli, le Gypaète Barbu, la Vautour Percnoptère, le Milan Royal, le Busard cendré, les cigognes les hérons sont exposés aux risques de collision avec les lignes.

La première charte a permis de mettre en place une carte régionale des zones occupées par les espèces les plus exposées aux risques : zone de reproduction,  zones d’hivernage, couloirs de migration.  La LPO a développé un Système d’information géographique (SIG)  à partir de bases de données de naturalistes et de gestionnaires d’espaces naturels. La carte permet aux exploitants de RTE et d’ENEDIS d’agir d’une manière plus pertinente.  Cette approche est en ce moment étendue à d’autres régions. Elle est intéressante car elle permet des interventions à priori, moins onéreuse que des opérations à postériori.

Sur trois ans,  la coopération entre les entreprises de transport et de distribution électrique et les associations a permis de désensibiliser des poteaux en les équipant de dispositifs de protection.  Pour le réseau ENEDIS, 343 poteaux ont été adaptés sur 20 kilomètres de lignes. Pour RTE, 45 pylônes ont été équipés, et 20 kilomètres de lignes modifiés pour être inoffensif pour les oiseaux.

Les entreprises poursuivent sur d’autres plans la réduction de leur impact environnemental. ” ENEDIS réduit l’utilisation de produit phytosanitaires,  développe le recours aux drones pour les taches de surveillance une technique sensible moins consommatrice d’énergie et moins perturbant pour les milieux” explique Christian Vives, directeur régional. RTE, explique Frédéric Dohet, directeur régional, cherche à améliorer la fonction de corridor que peuvent avoir les couloirs par lesquels passent les lignes à très haute tension.

VOIR AUSSI