Solaire

Climat : VICAT investit dans le photovoltaïque pour une cimenterie au Sénégal

Le groupe cimentier VICAT investit avec l’aide du Fond Financier pour l’Environnement Mondial, dans un parc photovoltaïque pour alimenter la cimenterie de Rufisque.

La cimenterie SOCOCIM Industries de Rufisque est l’une des trois cimenteries du Sénégal. Cette cimenterie est possédée par le groupe français en Afrique de l’Ouest, en complément d’installations au Mali et à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Le site de Rufisque est l’un des principaux employeurs de cette ville de 500 000 habitants, géré par la SOCOCIM Industries, filiale locale de l’entreprise française qui via une fondation, déploie aussi des actions sociales.

Dans le pays où le soleil abonde, la cimenterie fonctionne, en partie, au… …  charbon importé d’Afrique du Sud. Une source d’émission de CO2, de pollution,  une source de dépense pour l’entreprise et pour le pays. ” La fourniture de calories représente l’essentiel des besoins du site,” rappelle Lionel Chapuis, directeur de l’Energie et Matières premières pour le groupe. Il faut de la chaleur pour chauffer le matériau minéral qui sert de base au ciment.

D’autres besoins énergétiques (broyage, transport, traitement de l’air) sont pris en charge par de l’électricité, aujourd’hui fournie par une centrale électrique intégrée qui longtemps a permis à la cimenterie d’être autonome face à un réseau électrique parfois instable.

La qualité du réseau et de l’alimentation électrique a été améliorée, souligne Lionel Chapuis mais l’électricité est fournie par du fioul lui aussi importé, lui aussi émetteur de CO2.

Mais les besoins en énergie électrique (200 GWh), même minoritaires, restent importants.  Couvrir en partie ces besoins par de l’énergie solaire n’est pas cependant utopique. C’est le pas franchi par VICAT grâce au soutien du  Fonds Financement pour l’Environnement mondial, créé lors de la Conférence sur le Climat de Paris en 2015. Le Fond  abondé par l’Agence Française de Développement (AFD)  a apporté une contribution non négligeable à la réalisation du parc d’une puissance de 7 MW crête qui devrait apporter entre 6 et 7% des besoins électriques du site.

 

VOIR AUSSI