Construction et aménagement

Contournement Ferroviaire de Lyon : Réseau Ferré de France avance au sud

Le bilan sur la concertation sur le Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Sud sera réalisé d’ici deux mois pour transmission d’une proposition de tracé au ministre des Transports.

Une cinquantaine de contributions, une quarantaine de réunions techniques, deux réunions publiques à la demande de maires : les trois mois de concertation organisée par Réseau Ferré de France autour du fuseau de tracés pour le Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (Sud) ont permis de faire avancer un projet très contesté.

Le but était de discuter avec les communes, les chambres consulaires, mais aussi avec des habitants, des impacts globaux ou très précis des tracés proposés dans le cadre du fuseau sud prévoyant de relier Grenay aux rives du Rhône. Les tenants du fuseau ” LGV abandonné, comme l’association FRACTURE avaient refusé de participer à la consultation.

” Nous étions à disposition” explique Frédéric Charvet chargé des relations territoriales à la Direction régionale Rhône-Alpes Auvergne de Réseau Ferré de France. Le maitre d’ouvrage avait mis en ligne une documentation abondante et précise, notamment un livret de près de 250 pages, décrivant section par section et tracé par tracé, les études réalisées notamment pour le bruit, l’impact sur les ressources en eau, sur les milieux naturels, les exploitations agricoles, sur le bruit.

La concertation a été l’occasion de deux réunions publiques, non pas à la demande du maitre d’ouvrage mais à la demande de maires de Saint Romain en Gal et de Vienne. Les rencontres, parfois sur des points précis, ont permis à RFF d’apporter des précisions ou d’enregistrer des préoccupations sur des aspects particuliers.

Des réponses ont été apportées sur la question de la protection de la nappe phréatique. ” Nous avons pris en compte l’existence de la nappe phréatique par exemple pour le franchissement de l’A 46, en choisissant une option par viaduc et non pas une option souterraine, ce qui a nécessité d’élever progressivement le niveau de la ligne” explique Frédéric Charvet chargé des relations territoriales à la Direction régionale Rhône-Alpes Auvergne de Réseau Ferré de France.

La maitrise de l’impact de la ligne sur l’environnement, la maitrise des conséquences d’un éventuel accident ont été prévues, par exemple pour la rétention de produits qui pourraient s’échapper de wagons.

La question du bruit a été la plus délicate à traiter, mais RFF rappelle l’existence de normes et de techniques. La réduction du bruit est possible par la construction de merlons quand l’emprise le permet. Lorsque les distances sont plus réduites, ce sont des écrans anti-bruits qui sont prévus.

Dans quelques jours toutes les contributions auront été dépouillées. Le rapport de synthèse remis au préfet de Région, permettra à ce dernier de présenter au ministre des Transport un tracé. Le ministre retiendra, ou non, cette proposition.

Une fois le tracé retenu par le ministre, une enquête publique pourra être lancée afin de recueillir des avis sur l’insertion fine. La Déclaration d’Utilité Publique viendra après.

michel.deprost@enviscope.com

 

 

 

VOIR AUSSI