Construction et aménagement

Avec Armadillo Box , les étudiants architectes de Grenoble dans la course de Solar Decathlon


Armadillo Box : c’est le nom de la maison à énergie passive sur laquelle travaillent des étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, présent sur Solar Event, à Savoy Technolac, jusqu’au dimanche 28 juin.


Pascal Pellet, qui enseigne les « projets » à l’Ecole, explique la démarche dans laquelle se sont lancés les étudiants grenoblois. Le Solar Decathlon a été lancé aux Etats-Unis, par des universitaires entre autres, après lerefus des Etats Unis de ratifier le protocole de Kyoto. Des chercheurs, des enseignants, des entreprises ont décidé de lancer des recherches, et le Département de l’Energie a lancé des actions pour le développement des énergies renouvelables.


Dix critères


Le Solar Decathlon est aux USA une véritable compétition. L’objectif est de réaliser une maison d’une emprise au sol de 75 mètres carrés, jugées sur dix critères très précis : les matériaux, la consommation d’énergie effective. La dernière phase du Solar Décathlon se déroule à Washington, le sur Mail, et 140 000 personnes viennent assister à la présentation des maisons.


L‘Universidad Politecnica de Madrid (UPM) ont participé aux éditions 2005 et 2007 et a signé en 2007 un accord pour la tenue du Solar Décathlon en Europe, à Madrid, en 2010. La compétition devrait dorénavant se tenir en alternance aux USA et en Europe et la France pourrait être candidate pour 2014.


Pour ce concours mondial, deux équipes françaises sont en lice, une équipe portant les couleurs de Paris Tech, dans laquelle concourent des étudiants du Centre ENSAM de Bordeaux, et l’équipe formée par les étudiants de l’Ecole d’Architecture de Grenoble.


Des températures élevées


Le projet des étudiants de l’ENSA de Grenoble porte donc le nom d’armadillo. « C’est le nom espagnol du Tatou, un animal qui vit dans le désert, où il peut supporter des températures très élevées auxquelles il s’adapte en faisant circuler du sang froid de ses pattes vers so coeur, tout en se protégeant par sa carapace» explique Pascal Rollet.


La maison conçue par les étudiants de l’ENSA repose en partie sur le même principe : une partie centrale, dotée des équipements techniques (pompe à chaleur, cuisine, salle de bains), un espace de vie et une enveloppe. La partie centrale a une superficie d’une dizaine de mètres carrés, la partie habitableune superficie de 43,7 mètres carrés et l’emprise au sol est de 73,3 mètres carrés.


La maison, est recouverte d’une toiture de cellules photovoltaïques, qui peuvent être rafraichies par pulvérisation d’eau afin d’abaisser la température en cas de fortes chaleur, pour que le rendement des cellules ne soit pas abaissé. Des stores conçus pour arrêter les rayons du soleil (entreprise Ferrari, Isère) peuvent être automatiquement abaissés (système domotique conçu par Schneider Electric, moteur Somfy) afin d’atténuer ou de profiter de l’apport solaire. Les murs sont réalisés en partie en éléments de terre cuite, afin d’offrir une bonne inertie thermique.


Démontable et transportable


« La maison devra être transportables, montée et démontée en cinq jours, précise Pascal Rollet. Les étudiants de l’Ecole de Grenoble travaillent dur, en s’appuyant sur les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, une plate-forme technique qui permet de travailler les matériaux et les équipements grandeur nature. La compétition s’annonce serrée. Vingt équipes de dix pays participeront : des Américains, des Mexicains, des Brésiliens, des Espagnols, des Anglais, des Israéliens, des Finlandais, et deux équipes françaises. Il y aura une équipe chinoise. « Les Chinois ont annoncé très sérieusement qu’ils venaient pour gagner. Nous nous sommes présentés plus, modestement, mais nous avons dit que nous venions aussi pour gagner» explique Pascal Rollet.


michel.deprost@enviscope.com


www.solardecathlon.fr


contactsolar.d@grenobel.archi.fr

VOIR AUSSI