Actualités

Grenoble dans la course européenne aux semi-conducteurs

Désormais en alternance avec celui de Dresde, Semicon Europa, le salon européen des semi-conducteurs ouvrait ses portes ce mardi 7 octobre à Alpexpo. Plus de 400 entreprises françaises et européennes venaient démontrer leur vitalité dans un marché dominé par les asiatiques.

Sur le village de l'Innovation, qui regroupe une trentaine de start-up françaises et européennes. [Photo Enviscope]
Sur le village de l’Innovation, qui regroupe une trentaine de start-up françaises et européennes. [Photo Enviscope]

Les puces électroniques sont partout, les semi-conducteurs ont envahi tous les domaines de l’activité, humaine. Ordinateurs, smartphones, électroménager. Véronique Péquignat, directrice Actions internationales & Technologies clés à l’AEPI [1], explique que « chacun d’entre nous utilise chaque jour sans le savoir plus de 200 de ces puces ».

Selon l’association WSTS (World Semiconductor Trade Statistics), le marché des semi-conducteurs a connu une croissance de 7,9% en Europe au premier semestre 2014. Cette industrie innovante est aujourd’hui portée par les marchés des communications, de la gestion des données et de l’internet des objets (25 milliards d’objets connectés par IOT [2] d’ici 2020), mais aussi par les besoins grandissants des marchés des capteurs, de l’imagerie, de la sécurité ou encore de l’industrie automobile.

Démontrer les savoir-faire

Inutile alors de dire combien il était important pour Grenoble de se positionner sur ce marché d’avenir, en obtenant la venue une année sur deux du salon Semicon Europa. La ministre de l’Enseignement et de la Recherche en tête, tous les grands élus de l’agglomération étaient présents à l’inauguration ce mardi 7 octobre de la manifestation.

Celle-ci, avec 414 exposants, un développement de sa surface de 40% et plus de 6 000 visiteurs attendus semble déjà avoir atteint ses objectifs. Des objectifs importants pour la région qui est le siège de plusieurs entreprises leaders de la spécialité comme STMicroelectronics ou Soitec. Ou d’entreprises plus petites, utilisant les semi-conducteurs. Telle cette entreprise de la région grenobloise, Ryb, citée par le CEA-Leti, parce qu’elle a introduit des puces RFID dans les canalisations qu’elle produit, afin de pouvoir les localiser à un mètre sus terre.

Il est en effet vital pour toutes ces entreprises de montrer leur savoir-faire et de rester dans la course, qui dans ce domaine comme dans bien d’autres, se déroule désormais en Asie. Sur le simple marché des équipements, une application importante des semi-conducteurs, l’Europe tout entière [3] ne pèse qu’un quart de la production de Taïwan, qui produit pour plus de 12 Md$ de composants. Sur l’ensemble de la filière la part Européenne n’est que de 6% de la production mondiale.

L’Europe et la réindustrialisation

Cette problématique, Geneviève Fioraso et les autres intervenants l’ont bien expliquée. Aujourd’hui l’Europe est en train de prendre conscience de la nécessité de maitriser non seulement la R&D, mais également la fabrication. La ministre la rappelé, des investissements importants sont consentis par l’Europe dans les KETs [4], qui mobiliseront plus de 6 Md€ d’investissements à elle seules.

Les Européens ont compris qu’ils devaient s’unir. Un gros travail d’inter-clustering est actuellement réalisé par les responsables des différents pôles de compétitivité : Minalogic, ici en Rhône-Alpes, Silicon Saxony de Dresde, présent sur le salon, mais également High Tech NL et DSP Valley, qui réunissent les entreprises néerlandaises et belges.

En étudiant précisément les compétences de chaque groupe, en allant solidairement présenter des offres on est plus fort. A Shanghai, ce n’est pas important d’être Français, Allemand ou Autrichien, l’important est d’emporter le marché.

antoine.reboul@enviscope.com

 

À propos de SEMI

Comptant 1 900 entreprises adhérentes, SEMI est l’association au service des nano- et micro-technologies. Depuis 1970, SEMI accompagne ses membres en les aidant à se positionner sur de nouveaux marchés et à relever les challenges de l’industrie. SEMI est présent à Bangalore, Berlin, Bruxelles, Grenoble, Hsinchu, Moscou, Pékin, San Jose, Séoul, Shanghai, Singapour, Tokyo et Washington. Pour plus d’informations : www.semi.org

[1] AEPI : Agence d’Etudes et de Promotion de l’Isère

[2] IOT : Internet of Things

[3] Plusieurs grandes entreprises européennes se distinguent au niveau mondial : Intel en Irlande,  ST Micro à Crolles, Infineon à Villach et Dresde, IMEC.

[4] KETs : Key enabling technologies : telles que nanotechnologies, micro- and nano-électronique incluant les semi-conducteurs, matériaux avancés, la biotechnologie et la photonique.

VOIR AUSSI