1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Énergie
  6. /
  7. Hydraulique
  8. /
  9. Agrandi, modernisé, le musée...

Agrandi, modernisé, le musée Hydrélec a rouvert ses portes à Vaujany en Isère

Le musée EDF Hydrélec a fait peau neuve. Au terme de 3 ans de travaux, entièrement repensé, le musée a ouvert ses portes le 13 décembre dernier. Au pied du barrage le plus puissant de France, la nouvelle installation fait revivre la grande épopée industrielle de l’hydroélectricité du XIXème siècle à nos jours.

Depuis 1988, Le musée EDF Hydrélec domine le lac du Verney, la retenue inférieure du barrage de Grand’Maison. Il rassemble sur ses trois niveaux d’exposition près de 450 pièces, éléments du patrimoine hydroélectrique, principalement des Alpes du Nord. « C’est une chance qu’EDF ait eu le souci depuis les années 70 de préserver les plus beaux fleurons de ce patrimoine » annonce en homme passionné, Claude Welty, le directeur du musée [1]. Certaines pièces comme la machine électromagnétique de Clarke (1835) ou bien encore la roue de turbine Pelton du Verney (1990) témoignent de la richesse de ce passé hydroélectrique.

Le musée était fermé depuis 3 ans pour agrandissement, réfection, et création d’une scénographie qui mette en valeur les matériels. Sur 1 000 m2, dont 800 consacrés aux expositions, il est maintenant en mesure d’accueillir un public plus diversifié.

Cheminement initiatique

Les turbines Pelton
Tout commence avec le captage de l’eau, qui va actionner cette magnifique turbine Pelton, exposée dans une des salles du musée Hydrélec à Vaujany. [Photo EDF D. Guillaudin]

De l’Antiquité au XXIème siècle, de la maîtrise de l’eau aux premières inventions électriques, le musée fait revivre la grande épopée industrielle qui a conduit, il y a plus d’un siècle, à la naissance de l’hydroélectricité.

Un cheminement initiatique où émergent la puissance et la magie de l’hydraulique. Au-delà de la découverte de la richesse de ses collections, le musée propose une immersion originale dans l’univers de l’hydroélectricité qui marie habilement technologie et poésie.

Le parcours décline le thème de l’hydroélectricité sous ses multiples facettes : historique, technique, scientifique, mais également humaine et universelle.

Trois niveaux se succèdent teintés par l’ambiance particulière du lieu : la pyramide du temps, la salle des matériels avec ses roues hydrauliques, turbines, vannes et générateurs électriques, et, plus bas, la salle des machines plongeant le visiteur au cœur d’une centrale hydroélectrique. Cette aventure spatio-temporelle est enrichie par de nombreux outils pédagogiques, maquettes, dispositifs multimédias, installations de réalité augmentée, bornes interactives et actualités sur l’hydroélectricité.

Cette scénographie, dont Claude Welty semble particulièrement fier, est pour lui le principal élément de la métamorphose du lieu. Rénover l’ensemble du Musée EDF Hydrélec constituait l’enjeu essentiel au renouveau de son rayonnement.

Au-delà de la refonte de la scénographie, les travaux ont également porté sur d’importants chantiers concernant les conditions de conservation des collections, l’extension et la mise en conformité des bâtiments, la sécurité et les conditions d’accueil de tous les publics.

C’est depuis 2005 l’Association pour le Développement du Musée EDF Hydrélec (ADMH), dont l’ancien maire d’Oz-en-Oisans Charles-André Zurcher est le président, qui a en charge l’organisation des visites, la conservation des collections. Visites guidées, circuits à thèmes, outils de médiation, approche ludique… ont été conçus pour que la nouvelle offre muséale soit accessible à tous.

L’Oisans berceau de l’hydroélectricité

Le musée a, depuis sa création, tout naturellement trouvé sa place au cœur du territoire de l’Oisans.

C’est également dans la vallée de la Romanche qu’EDF conduit actuellement le plus gros chantier hydroélectrique de France, le projet Romanche-Gavet. Une galerie de 9 km amènera les eaux depuis la retenue de Livet jusqu’à la centrale en aval.

Le musée Hydrélec fait donc partie de cet écosystème. Les partenariats tissés avec les acteurs locaux permettent de dynamiser son activité et faire d’Hydrélec le musée français de l’hydroélectricité.

[1] Claude Welty est également directeur du musée Electropolis à Mulhouse.

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Connection

Connexion à votre compte

Récupération de votre mot de passe

Merci de saisir votre identifant ou votre adresse email