Environnement

Piezotech Arkema : Des polymères qui savent communiquer

Le rectangle de papier tenu à la main par ce scientifique du Centre de recherche Rhône-Alpes d’ARKME à Pierre-Bénite, émet de la musique. C’est un véritable haut-parleur, mais il ne fonctionne pas comme les haut-parleurs traditionnels. Alors que ces derniers une membrane mue par des impulsions électriques crée des ondes acoustiques, le mouvement des molécules de l’air sont provoqué par des mouvements du papier lui-même.
Ce papier magique, ce haut-parleur de l’épaisseur d’une feuille de papier,  a été recouvert d’un polymère  piézoélectrique sensible aux pressions mécaniques, et aux impulsions de courants électriques. Le polymère « haut-parleur », reçoit des impulsions électriques qu’il transforme en mouvements qui font bouger l’air.

Mais en sens inverse, le polymère peut réagir à des pressions mécaniques, la pression d’un doigt par exemple pour produit u courant électrique.

Ces polymères piézo-électriques sont mis au point et commercialisés par PIEZOTECH SAS, une filiale d’ARKEMA basée à Pierre-Bénite dans le Rhône. PIEZOTECH met au point plusieurs types de polymères susceptibles de présenter des performances variées. Les polymères ferroélectriques soumis à un courant électrique  peuvent être utilisés pour des mémoires non volatiles. Les polymères pyroélectriques   peuvent convertir la chaleur en électricité et inversement. Ils peuvent être utilisés pour développer des capteurs infrarouges. Les polymères piézoélectriques qui transforment l’énergie mécanique en énergie électrique et l’inverse peuvent être utilisés pour communiquer. Une simple pression sur un bouton permet d’allumer, le polymère piézoélectrique permet de produit un interrupteur sans éléments mécaniques.  Il peut en revenant des impulsions, créer des pressions.

C’est le cas avec le bracelet ce jeudi matin par Emmanuel Macron en visite sur le site de Pierre Bénite d’Arkema, à l’occasion d’un Comité stratégique de la filière Chimie Matériaux. Le ministre  a teste u bracelet qui permet au poignet d’envoyer des impulsions crée par le rythme cardiaque. Le même bracelet peut , recevant des influx électriques, créer de subtiles pressions sur la peau. Le sens dans lequel tournent les impulsions peut indiquer le sens dans lequel une personne non voyante doit se diriger, à gauche ou à droite. On ne sait si cela a pu aider le créateur d’En Marche.

 

VOIR AUSSI