Construction et aménagement

Drôme : risque sismique réévalué pour toutes les communes

Une forte secousse a secoué le sud de Crest en 1901. D’autres secousses ont été ressenties en 1936 dans le secteur de Tricastin. La Drôme comme d’autres départements péri alpins, est soumise aux jeux des failles elles mêmes sous la pression des mouvements de la chaine alpine. Les séismes drômois n’ont pas fait de victimes, mais parfois des dégâts matériels.
Le risque sismique doit cependant être révisé.
Un nouveau zonage est en vigueur depuis le 1er mai 2011. Il tient compte de l’évolution des connaissances scientifiques. Le risque sismique est désormais défini avec une approche probabiliste en prenant en compte le maximum de scénarios, et non plus une approche statistique. De nouvelles règles de constructions pour les bâtiments sont édictées.Les professionnels, comme les architectes doivent les appliquer.Une plaquette réalisée par le ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement présente les règles de construction applicables aux différentes classes de bâtiments.
Cinq zones de sismicité ont été définies: zone 1 : sismicité très faible (bassin aquitain, bassin parisien…). La zone 2 a une sismicité faible. La zone 3 a sismicité modérée. La zone 4 a une sismicité moyenne et la zone 5 une sismicité forte (Antilles)
La totalité des 369 communes de la Drôme est concernée par des aléas de type 2, de type 3 et de type 4, contre 147 communes avec le zonage précédent.

Information des acquéreurs et des locataires

L’information des citoyens relève du maire par l’élaboration du DICRIM et par la mise en place d’affiches listant les risques auxquels la population est exposée et les consignes de sécurité à adopter. Ces documents sont adaptés localement par chaque commune, explique Jean Michel Colonna, responsable du service de la protection Civile à la Préfecture de la Drôme.
Depuis 2006, toute personne qui vend ou loue un immeuble doit annexer au contrat de vente ou de location un état des risques naturels. Il doit indiquer si le bien est exposé à des risques technologiques, dans le périmètre d’un Plan de Prévention des Risques prescrit ou approuvé ou/et dans une zone de sismicité réglementée. Le vendeur ou bailleur doit déclarer les sinistres indemnisés consécutifs à un événement reconnu comme catastrophe naturelle ou technologique conformément au code de l’assurance. L’obligation s’applique maintenant dans toutes les communes de la Drôme.

L’ensemble des informations est accessible sur le site de la direction départementale des territoires de la Drôme : http://www.drome.developpement-durable.gouv.fr

www.prim.net
www.risques.gouv.fr
www.drome.developpement-durable.gouv.fr

VOIR AUSSI