Énergie

Electricité

Le Syndicat des énergies renouvelables et sa commission éolienne se félicitent des dispositions très positives du texte adopté par le Parlement : suppression des ZDE (Zones de Développement de l’Eolien) qui se superposaient avec les Schémas Régionaux Climat Air Energie (SRCAE), suppression de la règle des cinq mâts minimum, dérogation pour les territoires ultramarins à la Loi Littoral lorsqu’il s’agit de projets éoliens. Enfin, le texte va permettre le raccordement à terre des énergies marines renouvelables qui, jusqu’alors, s’avérait complexe, voire impossible à réaliser.

Ces dispositions, que le Syndicat des énergies renouvelables avait proposées dans son Livre blanc, publié en janvier 2012, vont, dans l’immédiat, libérer bon nombre de projets, en particulier dans les régions du Grand Ouest : dans les régions Pays de la Loire, Bretagne, Basse-Normandie, plus de 50% des projets en cours de développement en 2010 avaient dû être stoppés à la suite de l’adoption, dans la loi Grenelle 2, de la règle des 5 mâts. Ces mesures de simplification vont, notamment, faciliter le développement d’installations de dimensions modestes, adaptées à la topographie et aux paysages de nombreuses régions rurales, en métropole et outre-mer.

« Tout au long de la discussion parlementaire, le premier Ministre, Jean-Marc AYRAULT et la Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Delphine BATHO, ont soutenu les dispositions en faveur de la filière éolienne. Ce nouveau cadre va aider notre pays à réduire son retard par rapport à l’objectif 2020 de 25 000 MW. Rappelons que, depuis plusieurs années, le rythme de développement du parc a été considérablement ralenti par des réglementations qui asphyxient notre filière. Ainsi, en 2012, 753 MW seulement ont été raccordés au réseau et le parc cumulé atteint, aujourd’hui, à peine 7 560 MW. Le nombre d’emplois est passé, depuis 2010, de près de 11 000 à près de 8 000. Même s’il existe encore un obstacle majeur au développement de la filière avec l’incertitude qui persiste sur le tarif d’achat du KWh éolien et quelques adaptations réglementaires à mettre en œuvre, développeurs, industriels et investisseurs reprennent confiance, » expliquent Jean-Louis BAL, Président du SER, et Jean-Baptiste SEJOURNE, Président de la Commission éolienne du Syndicat des énergies renouvelables.

VOIR AUSSI