Éolien

Elisabeth Ayrault veut augmenter la capacité de la CNR dans les renouvelables

Elisabeth Ayrault, 58 ans, architecte DPLG de formation, diplômée de l’IAE et titulaire d’un DEA de géographie urbaine et d’un DSPU de l’Institut Agronomique Méditerranéen a été nommée présidente du directoire, présidente directrice générale de la Compagnie Nationale du Rhône.

Elisabeth Ayrault a débuté sa carrière professionnelle en créant en 1980 une agence d’architecture et d’urbanisme à Perpignan. Elle a rejoint Lyonnaise des Eaux – Dumez en1991 chez Dumez Immobilier Promotion et a travaillé pendant 10 ans pour Elyo, société spécialisée en efficacité énergétique. Depuis 2009, Élisabeth Ayrault était directrice générale déléguée de Sita France (filiale de Suez Environnemnt).

Elisabeth Ayrault succède à la présidence du directoire de la CNR à Yves de Gaulle. Elisabeth Ayrault souhaite conforter la position de leader de la compagnie dans les énergies renouvelables. La CNR poursuivra les développements d’actifs dans l’hydraulique, l’éolien et le photovoltaïque en France et à l’international. Elle développera les services en gestion et commercialisation d’énergie intermittente pour le compte de tiers.

La nouvelle PDG affiche des objectifs dans la continuité du Plan Stratégique d’Entreprise 2012-2017. La capacité hydraulique installée, 3 000 MW aujourd’hui, devrait être augmentée de 1 000 à 1 500 MW supplémentaires d’ici 2018. La capacité devrait être doublée dans l’éolien pour atteindre 600 MW. La puissance installée devrait passer de 15 à 100 MWc pour le photovoltaïque (1)

La CNR poursuivra le développement du transport par voie d’eau et la valorisation du patrimoine foncier. Elisabeth Ayrault poursuivra le modèle CNR, ” référent dans le domaine des concessions hydroélectriques, basé sur la redistribution à l’Etat, aux collectivités territoriales, aux actionnaires et aux collaborateurs d’une partie de la valeur créée par l’exploitation des ressources naturelles. La CNR poursuivra sa politique d’innovation dans le domaine de l’ingénierie hydroélectrique et fluviale en maintenant le niveau de sûreté et sécurité des aménagements. “

(1) En 2012, le parc de la CNR se décomposait de la manière suivante: 19 centrales hydroélectriques – 9 petites centrales hydroélectriques et 8 mini-centrales (3 021 MW) 26 parcs éoliens (289,1 MW) 5 parcs photovoltaïques (11,4 MWc)

VOIR AUSSI