Hydraulique

Energie ou biodiversité ? Le projet de microcentrale du Nant Bénin fait débat

Energie ou biodiversité ? Le projet de microcentrale du Nant Bénin fait débat

En réponse à un appel d’offre des communes de Peisey Nancroix, La Plagne Tarentaise et Landry en vue de développer les énergies renouvelables sur leurs territoires, le groupe GEG et la régie électrique d’Aigueblanche souhaitent équiper le Nant Benin, torrent de Tarentaise labellisé « site rivière sauvage », d’une microcentrale hydroélectrique de 2,3 MW. L’association Nant Sauvage alerte sur les risques environnementaux que le projet fait peser.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !