Contamination par le mercure : la convention internationale est entrée en vigueur


La convention internationale contre le mercure est entrée en vigueur hier 16 août. La chercheuse genevoise  Vera Slaveykova, responsable d'une équipe de chercheuses de l'Université de Genève qui ont travaillé sur la bioaccumulation et les effets de ce métal explique.

 

D'où les concentrations de mercure proviennent-elles ?

 Vera Slaveykova, Chercheuse à l'UNIGE : la contamination par le mercure est toujours un problème sanitaire potentiellement inquiétant ( photo UNIGE)

Vera Slaveykova, Chercheuse à l'UNIGE : la contamination par le mercure est toujours un problème sanitaire potentiellement inquiétant ( photo UNIGE)

Même si le mercure est naturellement présent, les activités humaines ont fortement perturbé son cycle naturel. Les deux formes du mercure, le mercure et le méthylmercure, qui se concentrent dans la chaîne alimentaire, en commençant par le phytoplancton, ont leur origine dans les sources naturelles et dans activités humaines. Le mercure a été utilisé dans l’orpaillage, dans des différents processus de l'industrie chimique, par exemple l’industrie chlore-alkali, au niveau d'électrodes contenant du mercure. Les émissions sont aussi importantes au niveau des centrales thermiques utilisant du charbon. C'est donc le cas en particulier pour la Chine, mais pas seulement. Enfin, de nombreux objets contiennent du mercure, comme les thermomètres et le mercure est utilisé dans certains procédés, comme les amalgames dentaires.

 

Comment ce mercure se comporte-t-il dans l'environnement?

Dans l'environnement, les composés de mercure circulent entre l'air, la terre et l'eau jusqu'à leur enfouissement dans les sédiments. Le mercure peut être en particulier mis en circulation à travers des poussières, et s'élever par évaporation et se déplacer avec les masses d'air humide. Il peut se trouver finalement dans les régions polaires et sommets des montagnes, par " l'effet sauterelle», autrement dit, par plusieurs cycles d'évaporation et de condensation en fonctions des températures. C'est pourquoi on trouve chez les ours polaires qui se nourrissent exclusivement de poissons, des concentrations dix fois supérieures au taux normal.

Dans l’eau le mercure, et en particulier le méthyl mercure possède un très fort potentiel de bioaccumulation et bioamplification. Ça veut dire que dans les organismes en haut de la chaine trophique sa concentration est forte.

 

Quels effets le mercure provoque-t-il chez les organismes comme le phytoplancton?

Les composés de mercure pénètrent dans le phytoplancton comme l'algue verte microscopique que nous avons étudiée. Il y provoque des altérations  au niveau de l'expression des gènes. Ils peuvent  compromettre la capacité des organismes à réaliser la photosynthèse, donc à extraire de l'oxygène du dioxyde de carbone de l'air. Or, le phytoplancton des océans produit la moitié de l'oxygène présent dans l'atmosphère.

 

Quel est le niveau de pollution actuel par le mercure?

Les émissions de mercure ont été très importantes entre les années 1930 et 1970 lorsque la combustion de charbon a été très développée et quand la chimie a utilisé des procédés recourant au mercure. On cherche depuis des années à réduire les émissions de mercure dans l'environnement, mais les émissions sont encore importantes.

 

Où les mesures de protection en sont-elles ?

Le Convention de Minamata est justement entrée en vigueur ce 16 août. Le texte de la Convention a été adopté par la Conférence de plénipotentiaires en  2013, au Japon, puis a été ouvert à la signature. La Convention a pour but de protéger la santé humaine et l’environnement contre les émissions et rejets anthropiques de mercure et de ses composés. Elle prévoit des mesures  qui visent à réglementer l’offre et la demande de mercure, notamment en limitant certaines sources de mercure telles que l’extraction primaire, et à réglementer les produits contenant du mercure et les procédés de fabrication faisant appel au mercure ou à ses composés. Elle encadre l’extraction artisanale et à petite échelle de l’or pour laquelle le mercure est utilisé.

Certaines dispositions visent le stockage écologiquement rationnel du mercure et de ses déchets et la remise en état des sites contaminés. Le texte prévoit aussi la fourniture d’une aide aux pays en développement ou à économie en transition et met en place le mécanisme qui fournira des ressources suffisantes pour apporter des solutions aux problèmes posés par le mercure.

 

 

 

 





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Aéroport de Genève : l’extension devra tenir compte de l’environnement

 L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC)  a présenté la fiche du Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) de l’aéroport de Genève, 16 millions de passagers qui devra se développer en respectant des objectifs environnementaux. La fiche PSIA est le résultat d’une collaboration de plus de trois années entre la Confédération, le canton de Genève et […]


Un séminaire pour le futur hôpital écologique de Voiron

La construction d’un nouvel hôpital à Voiron vient de commencer et devrait se terminer en 2019. Ce chantier a fait l’objet de nombreuses décisions pour tenir compte de l’environnement et des principes du développement durable. Cela démontre le souci de relier les domaines de la santé et de l’écologie. La direction de l’hôpital de Voiron […]


GRTgaz : un mini-tunellier pour passer sous la rivière d’Ain en protégeant les milieux

Pour franchir la rivière d’Ain à Villieu-Loyes, sans impacter les milieux protégés, GRTgaz réalise une canalisation souterraine travail délicat confié à la société Bessac, de Haute-Garonne.


Le tandem renouvelable-nucléaire plus efficace pour le climat

L’ étude European Climate Leadership Report 2017 : Measuring the Metrics that Matter, analyse les stratégies de chaque pays européen pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. La combinaison nucléaire renouvelable est plus efficace pour le climat que l’arrêt du nucléaire.


GRTgaz : un chantier respectueux de l’environnement dans la plaine de l’Ain

Pour réaliser un extension de son réseau vers le Parc industriel de la Plaine de l’Ain, GRTgaz a respecté des zone naturelles protégées et  fait creuser par un mini tunnelier 440 mètres de galerie sous la rivière d’Ain.


GRTgaz développe son réseau de transport pour la Plaine de l’Ain

GRTgaz a lancé dans la plaine de l’Ain, le chantier d’une antenne destinée à renforcer l’approvisionnement du Parc Industriel de la Plaine de l’Ain qui accueille 170 entreprises et près de 7 000 emplois.


Auvergne Rhône-Alpes demande à la SNCF de faire beaucoup mieux

Laurent Wauquiez et Guillaume Pépy, président de la SNCF, ont signé lundi la nouvelle convention TER entre la Région et l’entreprise ferroviaire. Le résultat d’un an et demi de discussions âpres, pour un meilleur rapport qualité prix.


Véhicule électrique : des freins psychologiques à lever

Le véhicule électrique a un réel potentiel de séduction,   mais les freins psychologiques doivent être pris en compte, rappelle  Chrystèle Philips Bertin, chargée de recherche à l’IFSTTAR.


Renouvelables : les acteurs allemands et français pour le carbone à 30 euros la tonne

En marge des cérémonies d’ouverture de la COP 2 à Bonn, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et la Fédération allemande des énergies renouvelables (BEE) lancent un appel conjoint pour que la France et l’Allemagne introduisent simultanément un prix plancher pour le CO2 dans le secteur de l’électricité afin d’accélérer la transition énergétique.


Véhicule électrique : Auvergne Rhône-Alpes bien placée pour toute la filière

De la recherche-développement à la construction de navettes autonomes, en passant par la production d’électricité verte, Auvergne-Rhône-Alpes est bien placée dans la filière du véhicule électrique.


A Clermont-Ferrand l’Institut Blaise Pascal en pointe pour les navettes autonomes

A Clermont-Ferrand, avec le LabEx IMobS3,  l’Institut Institut Pascal réunit plusieurs  laboratoires très avancés sur les navettes autonomes. Michel Dhome, directeur du Labex a fait le point lors d’une journée technique de l’AVERE Auvergne Rhône-Alpes sur le véhicule électrique.


Skinjay permet des douches aux huiles essentielles

Skinjay propose des capsules aux huiles essentielles à utiliser sous la douche. L’innovation a été permise par des travaux de recherche et développement  menés par des laboratoires de l’INSA Lyon et l’appui d’INSAVALOR avec comme objectif  vers le grand public. L’innovation  mise au point SKINJAY avec l’appui des chercheurs de l’INSA de Lyon permet une […]


Pollution de l’air : les micro capteurs plus précis et plus rapides

Moins chers, plus petits et plus facilement connectables que les analyseurs homologués les micro-capteurs intéressent divers publics comme les collectivités qui en équipent déjà certains horodateurs, feux tricolores, mobilier urbain, transports collectifs. Certains collectivités en dotent les citoyens qui souhaitent expérimenter la mesure de qualité de l’air.


Energie, mobilité, aménagement : les syndicats veulent être entendus par Wauquiez

Les syndicats de salariés d’Auvergne Rhône-Alpes veulent être entendus de la Région, pour parler économie et emploi, mais aussi aménagement du territoire, énergie,  mobilité, nouvelles technologies.


USA : un guide pour exploiter les centrales nucléaires 80 ans

Dans le cadre du renouvellement des licences d’exploitation jusqu’à 80 ans des réacteurs nucléaires aux EDtats-Unis,  la Nuclear Regulatory Commission publie un guide permettant aux exploitants de réaliser les démonstrations nécessaires.