Énergie

Trois Autorités de Sûreté Nucléaire demandent des améliorations sur les commandes de l’EPR

L’Autorité de sûreté nucléaire britannique (HSE/ND), l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) et l’Autorité de sûreté nucléaire finlandaise (STUK) examinent en ce moment la sûreté du réacteur EPR en cours de construction en Finlande, en France, pour lequel des projets existent aussi en Chine. Ces Autorités de sûreté ont chacune soulevé des questions techniques concernant le système de contrôle commande du réacteur.


Les questions portent d’abord sur la garantie de l’adéquation des


systèmes de sûreté utilisés pour gérer les situations où l’installation est en dehors des


limites normales. Les Autorités de Sûreté s’interrogent sur leur indépendance visàvis des systèmes de contrôle utilisés pour exploiter l’installation en fonctionnement normal).


La question est cruciale. Un système de sûreté appelé à servir en cas de perte d’un système de contrôle ne doit pas faillir en cas de perte de contrôle. Or la conception d’EPR proposée initialement par les exploitants et le fabricant, AREVA, n’est pas conforme à ce principe d’indépendance. De nombreuses interconnexions complexes existent entre les systèmes de contrôle et de sûreté.



L’Autorité de sûreté nucléaire britannique (HSE/ND), l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) et l’Autorité de sûreté nucléaire finlandaise (STUK) ont demandé aux exploitants et au fabricant d’améliorer la conception initiale de l’EPR. Il incombe, souligne la déclaration commune des trois Autorités de Sûreté, aux exploitants et au fabricant AREVA de répondre aux questions techniques soulevées par leur Autorité de sûreté. Comme les conceptions sont voisines, les solutions proposées devraient être très proches, sans être nécessairement identiques, prenant en compte les exigences de chaque exploitant et les exigences et les pratiques réglementaires nationales.



« Cette démarche de dialogue permanent entre les exploitants, les constructeurs et les autorités de sûreté fait partie intégrante du processus de certification et de construction des nouveaux réacteurs” explique un communiqué d’AREVA. En Finlande, en décembre 2008, l’autorité de sûreté (STUK) a demandé des informations complémentaires concernant le contrôle-commande de l’EPR. Le consortium AREVA/Siemens a répondu aux demandes de STUK et a complété la documentation générale qui a reçu la validation du client TVO. Au Royaume-Uni,AREVA et EDF travaillent ensemble sur les adaptations à apporter afin de satisfaire les exigences locales. En France, l’ASN a demandé le 15 octobre 2009 à EDF des informations complémentaires concernant le système de contrôle-commande. AREVA et EDF s’engagent à apporter toutes les réponses d’ici la fin de 2009.


michel.deprost@enviscope.com



VOIR AUSSI