Environnement

Espace Mont Blanc: les Maires du Massif pour une stratégie commune

Fabrizia DERRIARD, Syndic de Courmayeur ( Italie) , Jean-Marc PEILLEX, Maire de Saint-Gervais et Éric FOURNIER, Maire de Chamonix-Mont-Blanc ( France)  élus des trois communes les plus concernées par l’accès au toit de l’Europe, entendent porter ensemble une stratégie de gestion du Massif du Mont-Blanc.

Les trois maires ne représentent pas tout l’espace Mont Blanc, qui s’étend sur la France, l’Italie et la Suisse. Mais le coeur de l’Espace Mont-Blanc,  cristallise des enjeux majeurs d’environnement et de développement : prise en compte des conséquences induites par le réchauffement climatique, nécessité de redéfinition des conditions de la fréquentation touristique et du développement économique,…

La fréquentation du Massif par les alpinistes fait partie des problématiques, avec les questions de surfréquentation, de sécurité, de protection des milieux. La mise en service du nouveau refuge du Goûter pendant l’été 2012, a été l’occasion de changer les règles en passant à un système plus stricte de réservation. Les conséquences du réchauffement climatique, les aléas météo, posent aussi des questions de sécurité, avec par exemple, en août dernier, la mise en garde contre la traversée du Couloir du Goûter.

L’action ne pouvant être  “que collective et transfrontalière ” les trois maires une stratégie commune d’action, de valorisation et de préservation de leur territoire. Pour la première fois et sur une base volontaire, toutes les collectivités directement concernées (les communes de la Vallée de Chamonix, du Val Montjoie et le secteur savoyard du massif) se sont mises autour de la table, avec l’ensemble des partenaires. Elles ont , indique le communiqué,  ” débattu”  sans tabou et élaborer ensemble un projet de politique publique cohérent à travers les frontières.

Les vallées du Massif sont aussi confrontées à des problèmes de trafic routier, de qualité de l’air, de logement, de déplacements.
« Nos objectifs sont clairs : préserver le caractère exceptionnel de notre patrimoine naturel et inscrire celui-ci dans une relation harmonieuse aux hommes qui habitent et font vivre ce territoire » précisent les élus toujours selon le communiqué.
« Ce travail collectif nous rend plus forts et plus crédibles pour faire valoir nos orientations. La création prochaine d’un Groupement Européen de Coopération Territorial (GECT), que nous appelons de nos voeux, nous permettra de financer et piloter aux mieux les décisions que nous aurons prises et les actions à mettre en oeuvre » ont conclu les maires des trois communes.

VOIR AUSSI