Eau

Maximilien Pellegrini : les intercommunalités, un progrès pour la politique de l’eau

Même si des adaptations sont parfois souhaitables la prise de compétence eau par les intercommunalités a permis de faire progresser la politique de l’eau. C’est le bilan prudent que livre Maximilien Pellegrini, directeur délégué de Suez Eau, de passage à Lyon à l’occasion de la passation de relais à la tête de la Direction régionale.

Maximilien Pellegrini , Directeur Délégué Suez Eau ( Enviscope.com
Maximilien Pellegrini , Directeur Délégué Suez Eau ©M. Deprost 

Le développement des coopérations intercommunales dans le cadre des EPCI (Etablissements Publics de Coopération, Communautés de Communes, ou d’Agglomération) a apporté un progrès dans les politiques de l’eau au niveau local, dans une période où la politique de l’eau devient prioritaire. Les syndicats intercommunaux des eaux, passent petit à petit le relais aux intercommunalités.

« Cette évolution nous permet d’avoir des interlocuteurs plus spécialisés, des équipes avec lesquelles mieux dialoguer », explique Maximilien Pellegrini, Directeur délégué Eau du Groupe Suez. Les collectivités sont davantage en mesure de mettre en œuvre des politiques de moyen et long terme.

L’évolution a permis aussi d’accroître l’échelle des marchés, de relancer l’intérêt des prestataires pour des territoires plus vastes, pour proposer de nouvelles prestations.

Pourtant le transfert de compétences n’est pas total. Les communes ont jusqu’en 2026 pour décider le transfert de la compétence eau à leur intercommunalité. Bien des maires tiennent à conserver une relation avec la distribution de la précieuse ressource. Il est vrai que les intercommunalités ont bien souvent des tailles importantes, où le poids de la structure technique peut estomper le rôle de certains élus. « Un vice-président en charge de l’eau, pourrait parfois ne pas avoir le même poids qu’un président de syndicat des eaux », reconnaît Maximilien Pellegrini.

C’est pourquoi le transfert des compétences demande du temps et de la prudence, voire quelques rétropédalages. Pour redonner de la visibilité à des communes menacées de perdre leur identité, il est possible que la compétence eau remontée à l’intercommunalité puisse donner lieu à des subdélégations communales. Pour ne pas rendre la potion intercommunale trop amère.

 

 

VOIR AUSSI