Énergie

Gaz de schiste: la société ecorpStim veut promouvoir la fracturation par le propane

Un nouveau sondage  de l’IFOP commandé par la société ecorpStim, révèle que 80 % des personnes interrogées seraient favorables à l’expérimentation d’une technologie alternative à la fracturation hydraulique qui ne nécessiterait ni eau ni produits chimiques.

La société ecorpStim (eCORP Stimulation Technologies, LLC) propose des technologies alternatives à la fracturation hydraulique, à base de propane pur et sans utilisation de produits chimiques. La société est une filiale du groupe eCorp , un groupe spécialisé dans l’exploitation et le stockage de pétrole et de gaz. L’entreprise a largement participé à l’exploration des gaz de schistes du gisement Marcellus, au nord est des Etats Unis.

ecorpStim veut faire avancer l’exploitation du gaz de schiste avec un impact minimal sur l’environnement. La stimulation au propane pur est  présentée comme la première technologie propre opérationnelle permettant d’extraire du gaz de schiste avec un très faible impact sur l’environnement.  ecorpStim a déjà réalisé sa stimulation propane pur dans le bassin d’Eagle Ford aux Etats Unis.

Une meilleure connaissance

La société veut promouvoir cette nouvelle technique. En France, elle veut vaincre les réserves du public. Le sondage (1) sur « les Français et le gaz de schiste » montre que le niveau de connaissance sur les gaz de schiste a progressé par rapport à une enquête réalisée en septembre 2012 par l’IFOP. Pas moins de 53 % des Français déclarent ainsi avoir déjà entendu parler du gaz de schiste et savoir de quoi il s’agit contre 44% en 2012. 

Les personnes interrogées expliquent connaitre les nuisances environnementales liées à la fracturation hydraulique, mais ont un point de vue positif sur les retombées d’une exploitation. Pour 71% l’exploitation créerait de nombreux emplois et pour  59% la hausse du prix du gaz  serait limitée.

Huit Français sur dix “déclarant connaître le sujet, seraient favorables à l’expérimentation d’une technologie alternative qui ne nécessiterait ni eau ni produits chimiques” .

michel.deprost@enviscope.com

1) Le sondage a consisté à interroger un échantillon de  1508 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Mode de recueil : Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interviewing). Dates de terrain : Du 28 février au 1er mars 2013

VOIR AUSSI