Énergie

Gaz de schistes: des ressources

Gaz d

La connaissance des ressources françaises en gaz de schistes n’a pas avancé depuis deux ans.

La production française de pétrole en métropole atteint  15 000 000 barils par jour, ce qui satisfait près de 1% de la consommation nationale.  La production se répartit entre le Bassin parisien (60% de la production nationale), l’Aquitaine (39%) et l’Alsace (1%). Les deux plus grands producteurs mondiaux, la Russie et l’Arabie saoudite, produisent chacun plus de 10 millions de barils de pétrole par jour en 2010.

Les connaissances anciennes  pour les hydrocarbures concernent le sud ouest, l’Alsace et le bassin Parisien. On a trouvé du pétrole non conventionnel en forant à travers les couches de terrain qi se trouvent au dessus des gisements où l’huile  n’est pas captive des roches.
Mais ces huiles n’étaient pas intéressantes, car trop peu abondantes.

Les connaissances géologiques n’ont pas progressé.

 Mais les recherches de la société Toréador Corporation Resources ont confirmé les informations. La société dont le siège est à Corpus Christ est  Titulaire d’un permis de recherche d’huiles de schiste dans les départements de Seine-et-Marne, de l’Aisne, de l’Aube et de la Marne. La société a mené des exploration en s’engageant à ne pas utiliser la fracturation hydraulique,

 Par ailleurs, le programme d’exploration des schistes liasiques comprenant le forage de six puits traditionnels (sans recours à la fracturation hydraulique) devrait commencer d’ici la fin de l’année après la revue des permis par le gouvernement français.

La production actuelle de Toreador est d’environ 880 barils par jour; ses réserves prouvées fin 2010 s’élevaient à 5,5 millions de barils de pétrole. Toreador détient des permis d’exploration totalisant 1 375,9 km) avec son partenaire, Hess Oil France SAS, ce qui en fait le plus grand détenteur de permis dans la zone du bassin de Paris.

Un développement de l’exploitation sur les permis qui couvrent 10 000 kilomètres carrés en Ile de France, ce  qui ne signifierait pas que cette surface se couvrirait de derricks. Les surfaces exploitées seraient sensiblement inférieures.

C’est la même chose pour d’autres secteurs en particulier pour les secteurs sur lesquels des perms existent dans le sud est. La géologie des différents secteurs est connue pour des ressources en huiles dont l’exploitation avait été envisagées dans les années cinquante ou soixante, quand la France était à la recherche de ressources énergétiques pour alimenter sa croissance. C’est à cette période que les hydrocarbures algérien ont été explorés puis exploités.

Mais l’exploration et l’exploitation dans le sud est n’ont rien donné d’intéressant.

VOIR AUSSI