Hydrogène

Hydrogène : l’Afhypac présente un plan national ambitieux

L’Afhypac, Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible, a présenté le 23 juillet sa proposition de “Plan National Hydrogène” qui permettrait selon elle d’éviter l’émission de plus de 21 Mt de CO2 d’ici 2030 et de créer ou maintenir 120 000 à 250 000 emplois directs et indirects.

La trajectoire que propose le plan de l’Afhypac cible une production de 700 000 tonnes d’hydrogène renouvelable ou bas carbone en 2030, et requiert un soutien de l’État évalué à hauteur de 10,3 Md € sur 10 ans.©Ademe

Le rôle de l’hydrogène pour atteindre la neutralité carbone en décarbonant des secteurs industriels clés tels que la chimie ou la sidérurgie, les transports intensifs et lourds, la production d’électricité et de chaleur pour les bâtiments est aujourd’hui reconnu, mais l’écosystème industriel permettant d’atteindre ces objectifs reste à développer. Pour l’Afhypac, qui réunit plus de 190 acteurs de la filière française de l’hydrogène structurés sur l’ensemble de la chaîne de valeur, la relance économique post-crise offre à ce titre une formidable opportunité.

« L’Europe et plusieurs États membres ont déjà matérialisé leur soutien au développement de l’hydrogène renouvelable et bas-carbone pour en faire un des piliers de leurs politiques énergétiques, climatiques et économiques. La France a les capacités d’y contribuer largement et de prendre sa part pour bâtir, elle aussi, une industrie de l’hydrogène compétitive, créatrice de valeur et d’emplois sur les territoires, bien positionnée dans la compétition mondiale », souligne l’association.

De nombreux atouts

La France compte de nombreux atouts pouvant lui permettre de prendre des positions dans le déploiement d’une filière compétitive de production d’hydrogène renouvelable et bas-carbone et d’en devenir un des leaders en Europe :

  • Une recherche d’excellence,
  • des acteurs industriels français présents sur l’ensemble de la chaîne de valeur dont certains ont le potentiel pour émerger comme champions industriels dans le cadre d’un projet important d’intérêt commun européen (IPCEI),
  • un potentiel de marché national déjà identifié pouvant servir de tremplin à la filière pour se projeter à l’export,
  • des infrastructures énergétiques et de transport de qualité ainsi qu’une position géographique lui permettant de profiter des opportunités offertes par le commerce international,
  • enfin un mix énergétique déjà fortement décarboné et des gisements renouvelables conséquents.

Soutien de l’État nécessaire

La trajectoire que propose le plan de l’Afhypac cible une production de 700 000 tonnes d’hydrogène renouvelable ou bas carbone en 2030, pour un marché global estimé à cette date à environ 1,35 millions de tonnes. Cette production d’hydrogène nécessite la mise en exploitation, sur la période 2020-2030, de 7 GW d’électrolyseurs, ainsi que d’unités de capture et stockage de carbone (CCS)* associés aux vaporeformeurs actuels permettant de traiter 130 000 tonnes par an. D’autres solutions pourront également contribuer à une production bas carbone d’hydrogène comme la thermolyse de biomasse. Pour être en capacité de concrétiser ces objectifs, conformes à la PPE, les acteurs industriels et de la recherche doivent investir près de 24 milliards d’euros sur la période 2020-2030. Dans cette optique, l’Afhypac demande à l’État de se positionner en déclencheur avec un soutien à 4 niveaux :

  • à la demande pour amorcer le marché
  • à la production d’hydrogène
  • aux infrastructures hydrogène
  • au développement d’une offre technologique française.

Pour la décennie 2020-2030, ce soutien public nécessaire est évalué à 6,7 Md € pour l’investissement et 3,6 Md € en soutien à la production d’hydrogène renouvelable ou bas carbone.

21 Mt CO2 évitées sur 10 ans

Cette trajectoire permettrait de réduire les émissions dans tous les domaines (mobilités, réseaux de gaz, industries) pour atteindre plus de 4 Mt de CO2 évitées pour l’année 2030 et plus de 21 Mt de CO2 cumulées sur la décennie. Sur la base des chiffres d’affaires estimés, cette filière en plein développement pourrait générer entre 120 000 et 250 000 emplois directs et indirects en France, soit sous la forme de création d’emplois nets, soit sous la forme de requalification d’emplois existants à plus haute technicité

« Ambition et coordination sont les maîtres mots pour un déploiement massif et structuré de l’hydrogène en France. Ambition en termes d’objectifs et de moyens associés, coordination car l’ensemble des acteurs publics et privés sont amenés à se rassembler pour déployer cette vision stratégique. L’hydrogène est une véritable opportunité pour répondre aux enjeux impératifs de transition énergétique et de réindustrialisation de notre pays. Les bénéfices environnementaux et économiques identifiés sont à la hauteur de l’effort financier nécessaire déterminé pour ce Plan. Reste que la fenêtre de tir est limitée, le signal doit être donné maintenant, à défaut, les acteurs de la filière française de l’hydrogène ne prendront pas les positions de leaders qu’ils sont en capacité de tenir. D’autres remporteront les marchés considérables de l’hydrogène renouvelable et bas carbone de cette décennie de transition vers une économie décarbonée », conclut Philippe Boucly, président de l’Afhypac.

 

Les propositions de la filière hydrogène : 12 recommandations pour faire de la France un des leaders de l’hydrogène renouvelable et bas-carbone de demain

  • 1/ Coordonner la massification de la demande pour tirer les économies d’échelle d’acteurs industriels majeurs
  • 2/ Aider à l’acquisition de véhicules à hydrogène et donner de la visibilité aux utilisateurs
  • 3/ Faire évoluer la règlementation
  • 4/ Transposer dans les meilleurs délais la directive RED II
  • 5/ Garantir la traçabilité de l’hydrogène produit et établir un dispositif de garanties d’origine
  • 6/ Etablir sans délai un mécanisme de soutien à la production d’hydrogène renouvelable ou bas carbone
  • 7/ Mettre en place l’infrastructure de recharge nécessaire pour le déploiement à grande échelle de la mobilité hydrogène
  • 8/ Créer le cadre de déploiement des infrastructures gazières dédiées à l’hydrogène
  • 9/ Construire et soutenir une vision industrielle française ambitieuse dans le cadre de l’IPCEI hydrogène
  • 10/ Maintenir l’excellence en matière de R&D&I, développer la formation et les compétences associées au déploiement des solutions de la filière
  • 11/ Soutenir la filière française à l’exportation dans les futurs marchés de l’hydrogène
  • 12/ Mettre en place une gouvernance pour structurer le déploiement de l’hydrogène en France

 

Plus d’infos :« Pour un Plan National Hydrogène ambitieux et cohérent »

VOIR AUSSI