Science

Deux projets ” énergétiques” encouragés par Rhône-Alpes Futur

La Fondation Rhône-Alpes Futur créée par des industriels, encourage chaque année des projets très innovants portés par de jeunes chercheurs de la région. Son objectif est de soutenir la recherche, mais aussi d’apporter des innovations pour les entreprises. Les Carrefours qui se tiennent chaque année en novembre permettent de présenter et d’encourager des projets examinés par un jury de haut niveau.


La quinzième édition des Carrefours de la Fondation Rhône-Alpes Futur s’est tenue jeudi 29 novembre 2007 dans les salons de la Préfecture de Région, à Lyon. Cette année 31 projets de recherche dans les thématiques des sciences de la vie, des sciences pour l’ingénieur ou encore de la recherche liée à l’économie et l’industrie ont été soumis au jury.


Les membres du jury ont souligné, explique un communiqué de la Fondation Rhône-Alpes Futur « la qualité scientifique exceptionnelle de l’ensemble des projets».



Stockage nanométrique pour l’hydrogène?



Ainsi, Marc Pera-Titus a remporté le premier prix d’un montant de 7 000 € financé par Becton Dickinson dans la catégorie “Sciences pour l’ingénieur”. Son projet s’intitule « Solubilité des gaz dans les nanoliquides : une nouvelle stratégie pour le stockage d’hydrogène ? ». Le chercheur s’intéresse à un phénomène physico-chimique fondamental, la solubilité des gaz dans des liquides. Pourquoi les valeurs de solubilité sur des systèmes gaz / liquide de dimensions nanométriques sont-elles très supérieures à celles connues à l’échelle macroscopique. Ce phénomène de sursolubilité nanométrique, pourrait permettre d’eenvisager de nouveaux procédés de stockage de l’hydrogène, élément en passe de devenir un moyen de « conserver » l’électricité. En effet le nano-confinement d’un liquide cible dans un solide nanoporeux permet d’envisager des applications du phénomène de sursolubilité dans le stockage des gaz pour l’industrie automobile et aéronautique. Pour le CO2, le stockage nanométrique permet d’imaginer des applications pour le captagepost-combustion.



Panneaux solaires photo-sensibles



Dans la même catégorie des sciences pour l’ingénieur, Nicolas Papaconomou et Micheline Draye ont remporté le deuxième prix d’un montant de 3 000 €. Leur travail porte sur l’ élaboration de “panneaux solaires photo-sensibles à base de liquides ioniques” Les deux chercheurs ont reçu un prix également remis par Becton Dickinson, auquel s’ajoute un accompagnement de projet par la société Ineum Consulting dans l’identification des sources potentielles de financement du projet. La valeur de l’engagement est environ 5 000 €.


Le projet vise à développer de nouvelles cellules photovolatïques à colorants (DSSC) bon marché à base de liquides ioniques, nouveaux solvants verts sans risque pour l’environnement. Les solvants organiques classiquement utilisés dans ces systèmes détruisent les cellules et polluent l’environnement.L’intérêt de la recherche est évident au regard de l’augmentation mondiale des besoins en énergie, de la disparition programmée des énergies fossiles et du réchauffement climatique. Le but est d’élaborer un produit abordable répondant au besoin du marché en énergie renouvelable.



Un simulateur d’accouchement



Les deux autres prix Rhône-Alpes Futur ont récompensé les travaux suivants. Olivier Dupuis a reçu le premier prix d’un montant de 10 000 €, remis par Sanofi-Pasteur dans la catégorie Sciences de la Vie et de la Santé pour son projet « Simulateur d’accouchement : la formation des professionnels au service de la sécurité du couple mère-enfant ». Béatrice Clavel et Axelle Guillot ont reçu le premier prix d’un montant de 2 000 € dans la catégorie “économie industrie ” pour leur projet « Méthode interactive de résolution de problème : un dispositif d’accompagnement pour favoriser l’autonomie. Ce prix a été remis par le CNRS.












VOIR AUSSI