Science

Louis-Philippe Reynaud succède à Jean Freidel à la Présidence de l’Institut Textile et Chimique de Lyon

Après plus de vingt ans à la présidence de l’Institut Textile et Chimique de Lyon ( ITECH) , école d’ingénieurs du secteur, Jean Freidel passe le relais à Louis-Philippe Reynaud, Directeur Général de la société Blanchon Syntilor qui a pris ses fonctions ce lundi 17 juin.
Ancien élève de l’ITECH et administrateur de l’ITECH depuis de nombreuses années, Louis-Philippe Reynaud a suivi de près la stratégie mise en oeuvre ces dernières années par Jean Freidel (Président) et Jean-Pierre Gallet, Directeur Général jusqu’en 2011.
En deux décennies, la structure de formation issue de la fusion entre l’école Textile et l’ESCEPEA – Ecole Supérieure du Cuir et des Peintures, Encres, Adhésifs) est devenue une école reconnue aux niveaux national et international. L’ITECH  compte 500 étudiants et forme chaque année près de 140 ingénieurs dans les secteurs de la chimie des polymères, du cuir, de la chimie des peintures-encres-adhésifs, de la plasturgie, des matériaux textiles, des composites… Elle est unique dans sa spécialité en France et en Europe.
Implantée sur le Campus Lyon Ouest Ecully et à Roanne, l’ITECH s’est internationalisée tout en accroissant ses relations avec l’industrie à travers une filiale de recherche partenariale : le CEDEVE (CEntre de DEVeloppement des Entreprises). Le projet de formation d’ingénieurs par alternance présenté par l’ITECH a été agréé dès 1999 par la Commission des Titres d’Ingénieurs.

Innover pour relancer l’économie

Louis-Philippe Reynaud, explique le communiqué de l’ITECH, entend appliquer même  vision stratégique : « Dans une période où notre pays mise plus que jamais sur l’innovation industrielle pour relancer l’économie, l’ITECH suit au plus près les évolutions technologiques pour adapter les compétences des futurs professionnels aux besoins des entreprises. Au centre du triptyque Universités-grandesécoles/Recherche/Entreprises, l’ITECH met à profit sa parfaite connaissance du monde industriel pour faire évoluer ses programmes et former des ingénieurs opérationnels et porteurs de solutions concrètes et performantes ».

VOIR AUSSI