Économie circulaire

Jour du dépassement : la grande distribution en cause

Jour du dépassement : la grande distribution en cause

À l’occasion du “Jour du Dépassement”  symbolisant le franchissement du seuil au-delà duquel l’humanité consomme plus de ressources naturelles que la planète n’est capable d’en renouveler, une quinzaines d’adhérents des Amis de la Terre et d’Action Non-Violente COP 21 ont réalisé une action non violente chez Leclerc pour dénoncer l’impact de l’obsolescence programmée sur la surconsommation des ressources, ainsi que les freins à leur réemploi.
Chaque année le Global Footprint Network fixe la date du Jour de dépassement des ressources de la planète. Ce jour avance chaque année : il était atteint le 24 décembre en 1971, il est franchi  en 2018 dès le 1er août. Il ne reste que 10 à 60 ans de réserves exploitables pour la plupart des métaux stratégiques alors que la demande ne cesse de croître, rappellent les associations.  Entre 2006 et 2016, la mise sur le marché d’équipements électriques et électroniques en France est passée de 493 à 758 millions. Pourtant, le recyclage ne permet de satisfaire que 0 à 30 % de la demande en fonction des métaux.

Pour les associations, la grande distribution a une responsabilité directe dans la sur-extraction des ressources. ” Non seulement elle incite les citoyens à la consommation via les promotions et la publicité, mais elle est également responsable de la vente de pièces détachées et du respect de la garantie légale envers le consommateur.” estiment les associations.

Le groupe Carrefour a une responsabilité particulière selon le classement des distributeurs proposés en janvier 2018 par les Amis de la Terre. L’association critique plusieurs pratiques : information sur la disponibilité des pièces détachées non systématiquement accessible, produits d’entrée de gamme ayant  moins de pièces détachées, moins de 5 % des produits ont des garanties gratuites de plus de deux ans. Les marques propres à Leclerc ne proposent pas de pièces détachées et ont un taux de remplacement à neuf sous garantie plus élevé que la moyenne des enseignes.

La durée de vie des produits est un enjeu pour l’environnement mais aussi pour les droits humains. Aujourd’hui, le secteur de l’extraction est responsable d’un tiers des violations des droits humains dans le monde. Les Amis de la Terre et ANV-COP21 appellent donc Leclerc à prendre des engagements concrets en faveur de la réparation et de la réparabilité : vente de produits plus réparables, fin du matraquage marketing sur la consommation, stratégie de sortie de l’obsolescence programmée. Ils continueront de se mobiliser pour un changement de pratiques de la part des distributeurs et un renforcement des cadres légaux encadrant leurs pratiques.

VOIR AUSSI