Science

Journée Nationale de l’Ingénieur à Lyon : anticiper l’impact du numérique pour le maitriser

La quatrième Journée Nationale de l’Ingénieur, à Lyon, a permis à plus de 150 personnes de participer à des visites, à des ateliers et à une conférence, sur l’impact sur les métiers des scientifiques et des ingénieurs.

Le numérique va modifier en profondeur l’économie, le fonctionnement des entreprises, l’utilisation des ressources, l’organisation du travail, les métiers, l’emploi.

Le thème retenu par IESF Lyon Rhône-Ain pour la quatrième édition de la Journée nationale de l’Ingénieur, a permis jeudi matin à des publics variés, de découvrir des organisations recourant largement au numérique. L’après-midi quatre ateliers organisés par Stéphane Bénichou, de   CONNEXION Y, ont abordé la question de l’emploi et de l’employabilité dans des organisations en transformation.

Toujours de l’industrie

Eric David, fondateur de la société ADDVALENTIAM, ingénieur, riche d’une expérience industrielle, a ainsi rappelé que le numérique n’était pas en lui-même une fin. « Derrière des plate-formes airBnB ou Booking, il y a des activités réelles, des chambres chambres chez l’habitant et des chambres d’hôtels . Derrière les plate-formes il y a de vrais avions, de vrais trains. Il y aura toujours “clic and mortar,” du clic  et du mortier. »

Il y aura toujours des entreprises produisant des objets, des biens d’équipements ou des biens de consommation. Il ne faut  dont pas chercher les emplois de demain seulement dans les activités numériques, dont certaines ne seront que des bulles. Les emplois seront créés dans les secteurs traitant des ressources, des ressources naturelles, comme des ressources recyclées, dans la mobilité, dans le bâtiment, dans le secteur de la santé . « Le gisement dans les activités de recyclage est très important. » explique Eric David.

L’impact du numérique sera fort sur les entreprises, avec l’émergence de l’usine du futur ! La conférence de clôture de la Journée, dans les locaux d‘ESME-SUDRIA a abordé l’impact global sur l’économie et sur les hommes, à partir du rapport de prospective du CESER Rhône-Alpes sur l’usine du futur.

Des usines de plus en plus connectées

L’usine, lieu de production, sera davantage connectée. Elle sera au cœur de réseaux, en lien avec ses fournisseurs, ses clients, ses sous-traitants, ses prestataires, dans des écosystèmes qui permettront de répondre mieux aux besoins. Ses paramètres de fonctionnement  seront suivis en permanence. L’usine sera contrôlée, suivra des normes, en particulier environnementales, inscrite dans une économie de plus en plus circulaire.

« L’usine du futur  crée des métiers du contrôle, du suivi, de la gestion de l’imprévu. » a expliqué Jean-Yves Le Cam, vice président du Conseil économique social et environnemental régional d’Auvergne (CESER) Rhône-Alpes. La numérisation créera des emplois dans la gestion des réseaux, la gestion de tâches complexes, dans la gestion des données.

La numérisation n’affectera pas que l’usine. L’usine du futur, ouverte, aura besoin de sécurité pour protéger ses données, son fonctionnement. Mais la numérisation aura transformé toutes les activités économiques, l’artisanat, l’agriculture, les activités de services comme tous les segments de la société.
Des représentants d’écoles d’ingénieurs de l’Alliance des Écoles d’ingénieurs de Lyon et de Saint-Etienne, ont rappelé que ces lieux de formation préparent les ingénieurs et scientifiques de demain. Stéphane Mahaud et Bertrand Moulin, directeurs de l’Ecole d’informatique  et de l’École d’ingénieurs du CESI, ont rappelé que ce dernier, s’inscrit dans un projet sur les formations pour demain, développé sous l’égide de la Caisse des Dépôts et Consignations.

Jean-Jacques Pauzon, directeur des Etudes de l’’ISTP, du groupe École des Mines de Saint-Etienne, a rappelé que l’Ecole s’inscrit dans le projet Manufacture du Futur qui réunit 250 PME dans des actions visant à préparer les entreprises au fonctionnement de demain. Des entreprises qui plus que jamais, devront fonctionner de manière groupée.

michel.deprost@enviscope.com

 

VOIR AUSSI