La France et la Suisse en tête pour les fonds verts européens

La France et la Suisse sont les pays où se créent le plus de fonds verts. En France, la loi sur la Transition énergétique a stimulé la création de ces fonds.

La croissance des fonds à thématique environnementale s’accélère en Europe. Les encours ont plus que doublé entre 2013 et 2017. Les encours ( le total des prêts en cours) dépassent  32 milliards d’euros pour 176 fonds proposées sur le marché. La progression globale des encours est de 49 % entre 2016 et 2017. Cette croissance répond notamment aux signaux de soutien de la Commission Européenne. La création en 2016 du groupe d’experts de haut niveau chargé de faire de la finance durable un axe stratégique majeur de l’Europe fait partie des leviers efficaces.
La France et la Suisse dominent largement un marché des fonds environnementaux dont le développement
est très inégal d’un pays à l’autre. Le classement des fonds français avec 32 % de part de marché, s’explique en grande partie par les engagements pris par les investisseurs en lien avec la mise en œuvre de l’article 173 de la loi sur la transition énergétique. L’action des fonds est cohérent avec des impulsions politiques fortes que constituent le label public TEEC (Transition Ecologique et Energétique pour le Climat) et les engagements découlant du One Planet Summit en décembre 2017.

Les fonds au positionnement environnemental large prennent le pas en termes d’attractivité. Ils ont collecté 3,27 Mds € en 2017, devant les fonds «eau» qui ont rassemblé près d’1,8 Mds € et sont en tête par le volume des encours (11,3Mds €). Le mouvement le plus notable concerne les fonds «bas carbone» liés pour la moitié d’entre eux à des indices spécifiques. Si les encours représentent 2.7Md€, ils ont presque doublé en 2017 et enregistrent les plus forts taux de collecte (+57% pour un total de 867 M€ collectés). Leurs performances sont elles aussi les meilleures de la catégorie fonds verts avec 16% en moyenne sur l’année.
«Nos analyses du marché des fonds verts européens permettent de mesurer l’attractivité croissante de
produits financiers qui permettent d’intégrer une dimension environnementale dans sa stratégie d’investissement.» commente Anne-Catherine Husson-Traore, la Directrice Générale de Novethic. « On peut constater l’impérative
nécessité de donner plus d’ampleur à ce type de placements pour répondre à la demande croissante non seulement des investisseurs institutionnels mais aussi des épargnants soucieux de contribuer au financement de la transition de l’Union Européenne vers une économie bas carbone.

VOIR AUSSI