Bioéconomie

La Métropole de Lyon espère contenir l’invasion d’ambroisie

La Métropole de Lyon espère contenir l’invasion d’ambroisie

A  l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’ambroisie, la Métropole de Lyon fait le point sur un plan systématique est en train, peut-être, de contenir l’expansion du végétal.

L’ambroisie est opportuniste. Elle se développe sur les terrains nus dont l’entretien est négligé. Elle s’installe, se multiplie. En une journée un plant d’ambroisie peut produire 2, 5 milliards de grains de pollen qui peuvent être disséminés à des dizaines de kilomètres. Des graines peuvent s’enfouir et rester en dormance pendant une trentaine d’années. La lutte contre l’ambroisie suppose une véritable stratégie. Après des années d’efforts, de recherches, au niveau du département du Rhône comme au niveau du Grand Lyon, le plan de lutte contre l’ambroisie semble être au point et trouver sa vitesse de croisière.

Des référents communaux

La lutte contre le végétal repose sur la mise en place depuis plusieurs années de référents dans les 58 communes de la Métropole, explique Pierre Diamantidis,  conseiller municipal à Champagne au Mont d’Or, conseiller métropolitain, en charge de l’ambroisie. Le système fonctionne.

L’information sur la présence d’ambroisie est aujourd’hui précise. Un site interne existe www.signalement-ambroisie.fr. Une application  (Signalement Ambroisie) permet depuis 2015, à chacun d’identifiant un plan d’ambroisie, de le photographier, de signaler sa position précise et d’informer le Réseau National de surveillance Aérobiologique (RNSA). L’information est communiquée à la mairie du lieu où le plant a été signalé. Les services municipaux informés peuvent aller sur le terrain et détruire le végétal, faucher, arracher selon la saison.

Le service propreté du Grand Lyon. « Les personnels  entretiennent la voirie. Ils ont été sensibilisés et formés à la gestion de l’ambroisie et le traitement de cette dernière est inclus dans leur activités » explique le directeur adjoint du service.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI