Énergie

La transition énergétique en débat au Syndicat des énergies de l’Isère

Dans la salle, comme parmi les intervenants la question est de savoir comment organiser la transition énergétique [photo SEDI]

Près de 100 débats auront été labellisés dans la Région Rhône-Alpes, celui initié par le SEDI, autorité organisatrice de la distribution, fait partie de ceux-ci. C’est au président Bertrand Lachat, qu’il revient d’ouvrir la séance et d’expliquer le rôle du syndicat, désormais représentant près de 95% des 533 communes de l’Isère. Au-delà de sa fonction historique de contrôle de la distribution, il est l’interlocuteur privilégié des distributeurs et a lancé audits, diagnostics et opérations de sensibilisation des communes en matière de sobriété et d’efficacité énergétique.

Face à l’urgence, les réseaux intelligents

Car il y a urgence, c’est ce que ne manque pas de rappeler Jean Facon, directeur adjoint et chef du service juridique de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), qui évoque la prochaine fin des tarifs régulés verts et jaunes (2016) et la très prévisible augmentation des coûts de l’énergie de 30% dans les 5 ans qui viennent.

Face à cette situation, les grands gestionnaires tels que GrDF ou ErDF ont commencé à investir, comme l’explique Olivier Masset, directeur territorial Alpes-Dauphiné, qui évoque notamment le développement du compteur intelligent « Linky » qui permettra de connaitre la consommation journalière client par client, mais également d’intervenir à distance.

Le consommateur, comment mieux le protéger

« Je ne sais pas si ce sera très utile à Mme Michu, dans son petit village » reprend Jean-Claude Sabonnadière en forme de boutade. En tant que professeur de Grenoble INP et expert des smart grids, il sait l’importance que vont prendre ces réseaux intelligents et explique les gisements d’économies qui existent dans les communes. Cette même dame Michu reviendra d’ailleurs à plusieurs fois dans l’échange, symbolisant notamment pour Michèle Ragache, présidente de l’UFC – Que choisir de l’Isère, ces personnes en situation de précarité énergétique, qu’il faut à tout prix accompagner et informer sur leur consommation.

Comment faire évoluer le modèle

Enfin, dernier sujet au menu : la gouvernance. Le regroupement des communes sous la bannière des syndicats comme le SEDI en Isère, représente évidemment, comme l’a voulu le législateur, une clarification dans le débat. Pour autant cela n’évitera pas les investissements sur un réseau qui centralisé qu’il est aujourd’hui, devra pouvoir accueillir la production locale (et  intermittente) des ENR. Cela pose également la question de la décentralisation de ce réseau sans perdre la dimension de solidarité. Un vaste enjeu sur lequel Olivier Sala, directeur général de GEG, s’est dit confiant, appelant également les participants à ne pas limiter la question de l’énergie à celle de l’électricité.

antoine.reboul@enviscope.com

POUR EN SAVOIR PLUS

Le SEDI représente au niveau départemental les communes qui sont propriétaires des réseaux de distribution. Les syndicats départementaux sont regroupés au sein d’une union régionale l’USERA, dont Bertrand Lachat est le président, et au sein de la FNCCR, qui représente leurs intérêts au niveau national.

www.sedi.fr

www.fnccr.asso.fr/

VOIR AUSSI