Eau

L’Agence de l’Eau, Rhône Méditerranée Corse lance un appel à projets pour la valorisation des boues des stations d’épuration.

Le bassin Rhône Méditerranée Corse compte environ  5000 stations d’épuration qui produisent une eau rejetée dans le milieu et des boues. L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse  a lancé un appel à projets afin d’aider les collectivités propriétaires de stations à valoriser les boues par méthanisation.

L’appel à projets s’adresse aux quelque 200 stations d’épurations dont la capacité de traitement dépasse  50 000 équivalent/habitant, rappelle Fabien Abad, en charge du dossier à l’agence de l’eau.

La mis en place d’une unité de méthanisation suppose en effet un investissement qui ne peut être rentabilisé qu’avec l’espoir d’une certaine production de gaz. ” Une trentaine de candidatures sont attendues pour cet appel  à projets dont les opérations lauréates seront financées par une aide de l’Agence de l’Eau. Nous avons vérifié avec l’Ademe qu’elle n’intervenait pas dans ce domaine et nous avons vérifié avec Rhône-Alpes Energie Environnement (RAEE)  le potentiel ” explique Fabien Abad.

Dans les stations les plus importantes, la valorisation énergétique est encore limitée. Beaucoup de boues sont valorisées, après séchage, par incinération, et les plates formes de compostage ne sont pas encore suffisantes.

L’objet de l’appel d’offres est de cerner le potentiel énergétique, pour permettre la production d’énergie destinée aux besoins propres des stations. Il n’est pas certain que les quantités produites permettent de passer à l’étape d’une cogénération permettant de vendre l’électricité pour injection dans le réseau.

Epandage dans les secteurs ruraux

Actuellement les boues des stations de petite taille, en milieu rural, sont aisément valorisées  dans le cadre de plans d’épandage, en lien avec les activités agricoles. Les quantités produites ne justifient pas des investissements lourds. L’Agence de l’Eau veille à une bonne valorisation, agricole ou par compostage. Les aides qu’elles accordent aux collectivités pour investir ou moderniser, dépendent en partie des solutions de valorisation non énergétique qui doivent, elles aussi être positive pour l’environnement et l’eau.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI