Auvergne-Rhône-Alpes

Développement d’Auvergne-Rhône-Alpes : le Ceser veut un Sraddet plus ambitieux

Le Conseil économique social et environnemental régional d’Auvergne Rhône Alpes a voté ce mardi un avis demandant au Conseil régional un projet plus ambitieux pour le développement durable et équilibré de la Région.

Il faut proposer aux habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes, au nombre de 8 millions aujourd’hui, 9 millions dans quelques années, un projet de développement plus ambitieux, plus clair que celui proposé dans l’avant-projet de Sraddet (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement durable, d’Equilibre des Territoires), présenté actuellement par le Conseil régional.

Le terme Sraddet est évidemment barbare. Concrètement, il s’agit du programme que le Conseil Régional entend suivre d’ici à 2030 pour que les conditions de vie, de travail, de déplacement, des habitants de la Région s’améliorent.

Un tel document devrait prendre plus fortement en compte le changement du climat, la qualité de l’environnement, le besoin d’équilibre entre les territoires. C’est en substance le contenu de l’avis présenté par Michel-Louis Prost, vice-président du Ceser, et voté le 9 juillet par ses membres, comptant des représentants des employeurs, des syndicats de travailleurs, et, entre autres, des secteurs de la santé, de l’enseignement, de la recherche et du monde associatif.

« Où est l’ambition, où est le souffle ? »

Pour le Ceser, le projet du Conseil régional ne voit pas assez loin. « Où est l’ambition, où est le souffle ? », demande Michel-Louis Prost. « Le Schéma régional de développement doit être à la hauteur des énormes enjeux qui sont devant nous. Il doit donner une vision, permettre d’imaginer la société future, pour mieux la construire ». Michel-Louis Prost rappelle que le Ceser, il y a déjà plusieurs années, a travaillé sur des scenarios globaux de prospective régionale pour imaginer Rhône-Alpes en 2025.

Les représentants des quatre collèges du Ceser se sont exprimés, tous dans le même sens, demandant davantage de précision, plus d’engagements. Le projet de Sraddet pourra encore être amélioré lors de l’enquête publique et lors de son examen par l’assemblée régionale elle-même.

Le Sraddet sera consultable dans quelques semaines par tous les habitants dans toutes les communes de la Région. Le Conseil Régional devra l’adopter pour application en 2020.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI