Air

Ozone et canicule : Auvergne-Rhône-Alpes étouffe

De nombreux territoires d’Auvergne-Rhône-Alpes étouffent sous la double pression de la canicule et de la pollution par l’ozone. La préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes a activé les niveaux information-recommandation relatifs à cet épisode de pollution.

Le bassin grenoblois, tout comme celui de Lyon Nord-Isère et la Vallée du Rhône sont en vigilance orange pollution atmosphérique depuis lundi. ©Guillaume Piolle (CC BY-SA 3.0)

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, association agréée de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) annonce que les concentrations d’ozone augmentent dans la Région à la faveur d’un temps très ensoleillé et chaud. Mardi et les jours suivants, les conditions caniculaires persistantes seront favorables à une hausse des concentrations d’ozone, avec un risque accru de dépassement du seuil d’information et de recommandations.

Par conséquent, une vigilance orange est activée depuis lundi sur le bassin grenoblois, le bassin lyonnais Nord-Isère et dans la vallée du Rhône sur prévision de dépassement de seuil.

Une vigilance jaune est activée sur la zone Ouest Ain, le bassin lémanique, la zone Ouest Ardèche, la zone Est Drôme, la zone alpine Isère, les contreforts du Massif Central, le bassin stéphanois, la zone des Côteaux, la zone urbaine des Pays de Savoie sur prévision de dépassement de seuil sur la journée de mardi. Aucune amélioration n’est prévue dans les jours à venir. La qualité de l’air aura même tendance à se dégrader progressivement et de nombreux territoires pourraient enregistrer des dépassements du seuil d’information pour l’ozone.

Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône, a décidé d’activer les niveau information-recommandation relatif à cet épisode de pollution.

Les recommandations sanitaires

Pour les populations vulnérables, il est recommandé de limiter les déplacements sur les grands axes routiers et leurs abords aux périodes de pointe et de limiter les activités intenses (physiques et sportives dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur. En ce qui concerne les populations sensibles, il est recommandé de limiter les sorties durant l’après-midi, limiter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles à l’intérieur peuvent être maintenues. En ce qui concerne le reste de la population, il n’y a pas vocation à modifier les activités habituelles, les déplacements habituels ni les pratiques habituelles d’aération et de ventilation, la situation lors d’un épisode de pollution ne justifiant pas de mesures de confinement. Dans tous les cas, en cas de symptômes ou d’inquiétude, prenez conseil auprès de votre pharmacien.

Les recommandations comportementales

Plusieurs mesures peuvent être prises simplement et concourir au rétablissement d’un air de qualité :

  • Pour les travaux d’entretien ou de nettoyage, éviter d’utiliser des outils non électriques (tondeuses, taille-haies…) ainsi que des solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis décoratifs, produits de retouche automobile, etc.) ;
  • Utiliser les modes de transport permettant de limiter le plus possible les émissions de polluants : vélo, transports en commun, co-voiturage…
  • Pour les entreprises, adapter les horaires de travail, faciliter le télétravail ;
  • S’abstenir de circuler avec un véhicule de norme inférieure ou égale à Euro 3 et/ou dont la date d’immatriculation est antérieure au 1er janvier 2006 (hormis les véhicules d’intérêt général visés à l’article R 311-1 du Code de la route) ;
  • Éviter la conduite agressive, l’usage de la climatisation ; entretenir régulièrement son véhicule.
  • Il est interdit de brûler des déchets verts.

En ce qui concerne les collectivités territoriales et les autorités organisatrices des transports :

  • Pour les travaux d’entretien ou de nettoyage, éviter d’utiliser des outils non électriques (tondeuses, taille-haies…) ainsi que des solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis décoratifs, produits de retouche automobile, etc.) ;
  • Promouvoir l’humidification, l’arrosage ou toute autre technique rendant les poussières moins volatiles, notamment aux abords des voiries et lors des chantiers ; réduire l’activité des chantiers générateurs de poussières ;
  • Développer les pratiques de mobilité les moins polluantes : co-voiturage, transports en commun ; adapter les horaires de travail, faciliter le télétravail ; faciliter l’utilisation des parkings relais et transports en communs associés ;
  • Faire en sorte d’éviter la circulation des classes de véhicules les plus polluants (norme inférieure ou égale à Euro 3 et/ou dont la date d’immatriculation est antérieure au 1er janvier 2006 (hormis les véhicules d’intérêt général visés à l’article R 311-1 du Code de la route) ;
  • Sensibiliser la population aux effets négatifs sur la consommation et les émissions de polluants d’une conduite agressive des véhicules et de l’usage de la climatisation, ainsi qu’à l’intérêt d’une maintenance régulière du véhicule ;
  • Rendre temporairement gratuit le stationnement résidentiel ;
  • Pratiquer les tarifs les plus attractifs pour l’usage des transports les moins polluants (vélos, transports en commun, véhicules électriques, etc.).

En ce qui concerne les agriculteurs :

  • Reporter l’écobuage ou pratiquer le broyage ;
  • Suspendre les opérations de brûlage à l’air libre de sous-produits agricoles.

En ce qui concerne les industriels :

  • Mettre en œuvre des dispositions de nature à réduire les rejets atmosphériques, voire réduire l’activité ;
  • Reporter certaines opérations émettrices de particules et oxydes d’azote à la fin de l’épisode de pollution ;
  • Reporter le démarrage d’unités à la fin de l’épisode de pollution ;
  • Mettre en fonctionnement, lorsqu’ils existent, des systèmes de dépollution renforcés durant l’épisode de pollution ;
  • Réduire l’activité des chantiers générateurs de poussières et mettre en place des mesures compensatoires (arrosage) ;
  • Réduire l’utilisation des groupes électrogènes.

Vous trouverez des informations sur la qualité de l’air dans la région sur le site internet de l’association agréée de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) : http://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/.

Vous trouverez plus de précisions sur les messages sanitaires sur le(s) site(s) internet de ministère chargé de la santé, ARS, AASQA… : https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/.

Vous pouvez également consulter les informations disponibles liées au niveau et à la nature des pollens sur le site internet http://www.pollens.fr/accueil.php en plus des informations similaires éventuellement diffusées en accompagnement du message d’information et de recommandations.

 

VOIR AUSSI