L’Agence de Recherche sur le Cancer établit un lien entre obésité et tabagisme

De nouvelles preuves  établies par une étude l’Agence internationale de recherche sur le cancer à Lyon,  montrent  les liens entre obésité et tabagisme. Les facteurs génétiques, interagissent avec les facteurs environnementaux, comme la consommation de tabac.

Une étude menée par l’Agence internationale de recherche sur Cancer  ( IARC) apporte de nouvelles preuves que le surpoids et l’obésité, peuvent inciter à fumer. L’étude, publié ce jeudi, dans le British Medical Journal (BMJ), financée par Cancer Research UK (CRUK), a montré que l’Indice de Masse Corporelle  (IMC), le pourcentage graisse dans le corps, et le tour de taille sont associés à la fois à un risque accru d’être fumeur, et même fumeur très consommateur, selon le nombre  de cigarettes fumées chaque jour. Ces résultants sont valables à la fois chez la femme et chez l’homme.

A la différence d’études précédentes évaluant le lien entre le poids et la consommation de tabac, cette étude repose sur des marqueurs génétiques de l’obésité à partir d’une base d’ informations génétiques de près de 450 000 individus.

Sur la base de marqueurs génétique de l’obésité, cette étude permet de mieux comprendre les relations complexes entre l’obésité et la consommation élevée de tabac, mais aussi le début de la consommation de tabac et l’intensité de cette consommation. Comme sur l’impact de obésité sur l’arrêt du tabagisme. ” explique le Dr Paul Brennan, l’un des auteurs der l’article. « L’étude suggère aussi que le lien entre l’IMC et l’exposition au tabac peut créer les conditions biologiques de comportement addictifs, comme l’addiction à la nicotine. Il est clairement établi que les fumeurs ont un poids en moyenne inférieur celui des non fumeurs, peut être en raison d’un appétit réduit, mais il est aussi établi que les personnes qui cessent de fumer ont tendance à prendre du poids.  Cette nouvelle analyse des variants génétiques lié à la masse corporelle souligne les liens complexes entre l’obésité et le fait de fumer.

La prévention du tabagisme est la clé d’une réduction du fardeau que représentent le cancer et d’autres maladies chroniques, comme les maladies cardiovasculaires et le diabète.” explique le directeur général de l’IARC, le  Dr Christopher Wild. “ L’obésité fait partie des causes les plus évitables de ces mêmes maladies. Ces nouveaux résultats montrent les bénéfices que peut présenter la prise en charge de ces facteurs de risques avec le mesures de santé publique qui combinent le contrôle pondéral et les stratégies de contrôle du tabagisme.”

VOIR AUSSI