Environnement

L’air à Pollutec Horizons

Quel que soit le secteur d’application, viser la durabilité passe avant tout par une bonne connaissance des problèmes et donc par un effort important d’acquisition et d’exploitation de données. On notera ainsi sur le salon une forte dynamique dans l’innovation des dispositifs de mesure et d’analyse, de diagnostic, de modélisation et de prévision, avec des notions récurrentes d’amélioration de la précision et de la sensibilité des méthodes, de portabilité des solutions,d’analyses en continu et de simplicité d’usage.

En air ambiant, on note ainsi des offres nouvelles dans le domaine des COV avec un nouveau couplage GC-MS / PID qui permet de détecter à la fois des concentrations très faibles (jusqu’au ppt) et d’identifier des polluants qu’on ne cherchait pas a priori (Airmotec) et un autre dispositif compact et totalement automatisé de prélèvement, analyse et gestion des données (Environnement SA).

La nécessité d’être plus représentatif de la réalité s’illustre par des évolutions sur d’autres composés, par exemple avec un suivi du NO2 en quelques secondes) capable de détecter des événements furtifs grâce à une technique d’absorption optique (Environnement SA). Arrivée de concepts de capteurs communicants pour la « ville intelligente» (EcologicSense) autant sur les COV que sur les particules, pollution pour laquelle la France est régulièrement pénalisée au niveau européen.

Air intérieur

Portée par la réglementation qui va imposer  des contrôles de polluants (formaldéhyde, benzène et indice de confinement) dans certains ERP d’ici le 1er janvier 2015, l’offre  de capteurs continue de s’étoffer pour la réalisation des pré-diagnostics et diagnostics préparatoires aux contrôles normalisés, mais également sur des pollutions non encore réglementées comme les moisissures et les

particules.

Cette dynamique s’illustre par exemple par la sortie du boîtier de confinement d’Ethera, de nouvelles gammes de capteurs communicants pour l’air intérieur sur les COV et les particules d’EcologicSense ou encore par l’expertise sur les moisissures de Conidia auxquelles il est intéressant d’ajouter les capacités de modélisation des problématiques d’air intérieur (Numtech, Fluidyn).

exergue des connaissances

méthodologiques permettant d’aborder de nouvelles problématiques de la qualité de l’air intérieur, à l’image de travaux

sur les émissions de bougies et d’encens (Tera Environnement) ou de ceux sur l’évaluation des transferts de COV des sols vers l’air intérieur (Burgeap avec Inéris, Tera Environnement).

u Air

L’acquisition de données et de connaissance n’a de sens que dans une optique d’optimisation de la gestion. C’est typiquement le cas dans le domaine de l’air intérieur où les outils de mesure et d’analyse qui se déploient actuellement (capteurs Ethera, EcologicSense, Cairpol-Environnement SA etc.) n’ont pas d’autre vocation que d’aider à mieux cibler les actions de remédiation, aider à changer les habitudes, mieux piloter le bâtiment. Les contrôles obligatoires dès 2014

pour les crèches et les maternelles (pour être conformes au 1er janvier 2015) seront réalisés selon des méthodes normalisées de prélèvement et d’analyse en laboratoires. Afin d’éviter de découvrir au dernier moment des situations de non-conformité qui auraient pour conséquence de nouveaux frais de contrôle à court terme, les méthodes plus rapides et légères proposées sur le marché permettent d’anticiper les points noirs et d’y remédier en temps voulu, soit sur le plan technique (retrait de certaines sources), soit sur le plan organisationnel. Mais il faut surtout noter que ces approches

de suivi de la qualité de l’air constituent les prémices de stratégies de gestion des bâtiments, en lien direct avec les préoccupations de santé publique et d’environnement, dépassant de ce fait rapidement la sphère réglementaire. Ainsi par exemple, le caractère communicant de certains de ces outils de suivi des paramètres de l’air est la voie vers le pilotage optimisé du renouvellement d’air dans les établissements. Cette démarche va se déployer rapidement sur la

voie publique, sur le suivi de certains paramètres de l’air ambiant, ce qui permettra de piloter des stratégies de transport et d’information du public (offre « smartcity » d’EcologicSense).

u Air

Dans le champ du traitement d’air, la tendance cette année est à l’anticipation de nouvelles problématiques. Cela s’illustre

par exemple par un traitement catalytique de formaldéhydes ciblant le secteur des émissions moteurs (société DCL)

afin d’anticiper la future réglementation. Autre exemple de niches de marché, une solution de traitement de l’air intérieur

de cabines d’appareils de chantier qui associe un système cyclonique, un filtre à charbon actif et une mise en surpression

de la cabine (NBC Sys).

Un sujet en revanche récurrent dans le domaine sanitaire est celui des légionnelles présentes dans les circuits d’eau et

émises dans l’air, notamment par les tours aéroréfrigérantes pour lesquelles sera disponible sous peu une nouvelle

solution d’abattement efficace et totalement novatrice car biologique (Amoeba représentée par Aquaprox pour cette

application).

VOIR AUSSI