Environnement

Le pôle métropolitain tente de se trouver un espace

L’aire métropolitaine de Lyon a tenu ce jeudi sa première conférence économique. Cette conférence a réuni dans les locaux de l’IFP Energies Nouvelles à Solaize, des représentants du Pôle Métropolitain, des représentants des milieux économiques, de la recherche, des pôles de compétitivité.

La réunion a permis aux promoteurs du Pôle de rappeler l’objectif d’un projet par ailleurs très contesté: créer une structure pour permettre au Grand Lyon, à Saint Etienne Métropole, au Pays Viennois, à la Communauté d’Agglomération des Portes de l’isère, de coopérer davantage.

135 000 demandeurs d’emplois

Le Pôle métropolitain créé il y  quelques mois, réunit quelque 1 900 000 habitants. C’est évidemment un pôle qui compte une forte population d’étudiants, de chercheurs,  de cadres, de ” professions métropolitaines”. La valeur ajoutée par habitant est supérieure à la moyenne euopéenne, mais 135 000 habitants n’ont pas d’emploi ( la statistique n’indique pas la catégorie de ces demandeurs d’emploi, mais on peu penser qu’il s’agit du total des demandeurs d’emplois toutes catégories additionnées.) La proportion d’emplois dans le secteur privé est aussi supérieur à ce qu’elle est dans le reste de la France.

Disparition des emplois industriels

Les emplois industriels disparaissent: 28 000 emplois de moins en dix ans. Les fonctions logistiques sont très importantes, alors que l’agriculture disprait petit à petit. Le Pôle ne comprend plus de 1 700 exploitants, soit 900  de moins que dix ans auparavant, près de la moitié se trouvant dans l’agglomération de Saint-Etienne.

Les secteurs économiques principaux sont connus et la conférence n’a pas apporté d’éléments nouveaux. les éco-technologies à Lyon les éco industrie à Saint-Etienne, l’inovation constructive pour la CAPI, semblent des secteurs porteurs.

Mais ce fonctionnement économique, génère de nombreux déplacements, ce qui pose un sérieux défi en matière de transport et d’énergie.  Chaque jour, 210 000 actifs viennent travailler sur le Pöle alors que 75 000 sortent du pôle pour travailler à l’extérieur. Les déplacements à l’intérieur du pôle lui-même son nombreux:  chaque jour, 40 000 actifs viennent travailler dans le pôle, un constat qui n’est pas nouveau.

40 000 déplacements dont 17% en transports en commun

Un constat alarmant, car 17% seulement des déplacements sont réalisés en transport en commun. Face à cette situation, les participants ont pu s’exprimer directement, par un système électronique. Une bonne partie d’entre eux semble miser sur les avantages que la taille du pôle pourrait donner à leur  activité.  L’idée d’être dans la compétition ” européenne” ou “mondiale” est encore partagée, mais des représentants économiques sont aussi sceptiques. En effet, pour le moment, le Pôle métropolitain de Lyon n’a rien à apporter de concret.

Il faut en effet  constater que sur bien des points, le Pôle marche sur les plates bandes qui seront , avec la prochaine étape de la décentralisation, celles des Régions. Economie, formation professionnelle, formation continue, recherche, soutien à l’innovation, les Régions seront chefs de file.

michel.deprost@enviscope.com

1) Grand Lyon: 1 282 000

    Sant Etienne Métropole:  375 000

    Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère: 97 000 habitants

    Pays Viennois: 68 000 habitants.

VOIR AUSSI